Archives

10 kits de batterie légendaires et improbables

par Woodbrass Team

Le batteur a toujours été relégué au fond de la scène, bien caché dans son rôle d’accompagnateur discret qui ne doit surtout pas voler la vedette au guitariste et au chanteur. Pourtant, son instrument est plus gros et il fait plus de bruit, c’est injuste n’est-ce pas ? Et puis de temps en temps, certains cherchent à se démarquer et font les malins avec un kit custom, énorme, ou tout simplement au look mémorable. Beaucoup sont endorsés, ce qui leur permet de tester la patience du custom shop local, et nous montrent à quel point on peut s’amuser en composant son kit.

franckbeard10 – Frank Beard – ZZ Top
la marque : Tama
D’accord, Beard n’est pas le batteur le plus fascinant de tous les temps, mais ZZ Top c’est quand même une sacrée institution, et un groupe dont les prestations live valent toujours leur pesant de sauce barbecue. Pour les tournées récentes, il s’est sérieusement penché sur le look de son kit. Il y a eu la Tama avec les peaux ultra décorées, des pistons sur les côtés et un rack arrondi pour les cymbales (le même genre que nous utilisons dans les studios d’essai du Woodbrass Store pour bouger les kits en gardant les mêmes cymbales), mais récemment il est passé à la vitesse supérieure avec deux crânes métalliques géants sur ses deux grosses caisses. Peu discret, mais très efficace.

rickallen9 – Rick Allen – Def Leppard
la marque : Yamaha
Dans le cas de Rick Allen, la bizarrerie de son kit n’est pas un caprice de diva, c’est une nécessité physique. En effet, il a perdu son bras gauche en 1984, alors que le groupe britannique était au sommet de sa popularité, mais a malgré cela décidé de continuer à jouer de la batterie. Son kit permet donc de déclencher les éléments habituellement réservés à la main gauche en se servant du pied gauche : le genre d’astuce qui justifie mieux qu’aucune autre les services d’un custom shop.

keithmoon8 – Keith Moon – The Who
la marque : Premier
Keith Moon est le premier batteur à avoir pris une telle place dans un groupe, au sens sonore comme visuel. Au sein des Who, il a mis tout le monde d’accord avec son jeu explosif, et son choix de batterie était à la hauteur : le kit Premier qu’il a reçu en 1967 fait partie des batteries immédiatement identifiables qui ont fait rêver tout le monde. Il est décoré de drapeaux britanniques et de femmes dénudées, d’où son surnom Spirit Of Lily, en référence à la chanson des Who sur les publications pour adultes. Premier a réédité ce kit légendaire sous le nom « Spirit Of Lily ».

larsulrich7 – Lars Ulrich – Metallica
la marque : Tama
Les batteurs n’aiment pas Lars Ulrich, tout ça parce qu’il n’est pas le plus carré ou le plus fin. Mais son enthousiasme et le son de pachyderme qu’on entend sur le black album sont des éléments sans lesquels Metallica ne serait qu’un groupe de thrash parmi les autres, au lieu d’être le plus grand groupe du monde. A l’heure actuelle, Lars utilise surtout son kit green sparkle, mais LE kit qu’on associe à Metallica, c’est bien sûr la superbe Tama blanche à accastillage noir, celle du clip de One (LE morceau au plan de double grosse caisse bien flashy) entre autres. C’était sa batterie principale pour And Justice For All et le black album, et la seule batterie signature jamais proposée par Tama.

neilpeart6 – Neil Peart – Rush
la marque : DW
Le batteur du légendaire trio canadien de rock progressif Rush fait partie de ces maîtres intouchables qui ont influencé tout le monde. Alors il lui fallait un kit à sa (dé)mesure. Il est passé par de nombreuses versions qui correspondaient à chaque fois à l’époque visuelle du groupe, mais le sommet est sans conteste le kit DW qu’il utilisait sur la tournée Time Machine en 2009. Pour l’avoir vu de près (puisqu’il était exposé au NAMM), il y a vraiment de quoi tomber en arrêt face au souci du détail dont fait preuve cette véritable œuvre d’art : même les pieds sont en bronze avec une base qui ressemble à un périscope du Nautilus !

alexvanhalen5 – Alex Van Halen – Van Halen
la marque : Ludwig
Eddie Van Halen a beau être un guitariste parfaitement flamboyant, c’est son batteur de frère, Alex, qui joue littéralement avec le jeu sur scène, en allumant ses cymbales ou ses baguettes ! Ses kits sont à la mesure du personnage, et pour chaque tournée de Van Halen Ludwig lui conçoit un nouveau monstre, à chaque fois plus fourni et plus envahissant. Une de ses spécialités est la quadruple grosse caisse : il faut bien ça pour assurer l’intro de Hot For Teacher…

ringo4 – Ringo Starr – The Beatles
la marque : Ludwig
En 1963, le batteur des Beatles a reçu le kit qui allait changer la face du monde : une Ludwig dans sa superbe finition Oyster Black Pearl. Aucun autre kit n’a suscité autant de vocations, et peu sont aussi identifiables du premier coup d’œil… Pour la petite histoire, c’est un vendeur du magasin de Londres qui lui a vendu la Ludwig qui a dessiné le logo sur la peau de grosse caisse. Oui, le logo des Beatles avec le B et le T allongé, celui que tout le monde connaît. Comme quoi, il faut toujours faire confiance au bon goût des vendeurs.

bonham3 – John Bonham – Led Zeppelin
la marque : Ludwig
à batteur légendaire, batterie légendaire : peu de kits peuvent rivaliser en célébrité avec la sublime Ludwig Vistalite du cogneur de Led Zeppelin. Les fûts transparents orangés lui donnent un look immédiatement reconnaissable et qui lui reste associé à ce jour. Bien sûr, le symbole runique sur la peau de grosse caisse et le gong derrière lui sont presque aussi importants…

MikePortnoy

2 – Mike Portnoy – ex Dream Theater
la marque : Tama
Mike Portnoy fait partie de ces batteurs qui ont vraiment profité de leur endorsement et de leur équipe de roadies pour construire un kit hors du commun. Les amateurs trouveront que Mike n’est pas la légende que sont Ringo ou Bonham, et qu’il a tout piqué à Neil Peart, mais ses différents kits à travers la carrière de Dream Theater puis sans ses différents projets annexes sont la preuve d’un sens esthétique certain et d’une longue réflexion. Portnoy a développé le « Monster » au début des années 2000 à partir de l’idée simple d’avoir deux kits en un. D’un côté, un kit métal avec deux grosses caisses et suffisamment de toms pour ouvrir un magasin, de l’autre un kit rock plus simple avec une grosse caisse plus petite et un seul tom. Le résultat ? Trois grosses caisses, beaucoup de place sur scène et une finition différente pour chaque tournée du groupe !

bozzio

1 – Terry Bozzio
la marque : DW
Beaucoup de batteurs de session se contentent de sortir un ou deux albums solo pour lesquels ils invitent plein de stars sans vraiment se creuser la tête. Mais Bozzio, non content d’avoir joué avec Frank Zappa, Jeff Beck, Steve Vai ou Korn, a développé sa carrière solo dans une direction très expérimentale pour laquelle il a développé un kit dont les proportions dépassent l’entendement. Il joue mélodiquement, à la manière d’un marimba, et dispose deux de deux octaves complètes sur ses toms, soit 24 toms. Oui, 24. Il a aussi six grosses caisses, et une bonne trentaine de cymbales. Ou c’est du grand délire, mais ça n’est pas uniquement pour la frime : il en tire une musique fascinante et très originale.

Vous aimerez aussi...

2 commentaires sur “10 kits de batterie légendaires et improbables”

  1. VASSEUR Corentin dit :

    Les batteurs des grands groupes, c’est bien… Mais les batteurs indépendants qui accompagnent les musiciens et certains groupes ??? Je parle, entre autres, de Gary Wallis qui a accompagné les Pink Floyd sur la tournée P.U.L.S.E et Jean Michel JARRE en Egypte pour le concert de l’an 2000, il a des batteries incroyables également, qui l’entoure même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *