Archives

Andy Timmons – Interview

Par Woodbrass Team

Andy Timmons est un guitariste d’exception. Il a le niveau technique pour rivaliser avec les shredders les plus affûtés mais son phrasé évoque plus Jeff Beck ou Stevie Ray Vaughan que Yngwie Malmsteen. Il a aussi un des sons les plus énormes des guitaristes instrumentaux en activité, et sévit depuis plus de deux décennies sur Ibanez. Andy Timmons est aussi le dernier guitariste à avoir conçu un modèle signature dans la gamme Premium d’Ibanez, et c’est pour nous présenter cette nouvelle AT-10 qu’il est venu chez Woodbrass. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions !

timmonsfinal

Ton dernier album est l’audacieux Andy Timmons Band Plays Sgt Pepper, sur lequel tu reprends l’intégralité de l’album des Beatles en instrumental.
Pour être honnête j’ai encore du mal à croire que je l’ai fait ! C’est un projet un peu dingue… Je suis un énorme fan des Beatles, mais je suis rarement fan des reprises qu’en font d’autres artistes. Je n’ai donc pas pris ce projet à la légère.

Comment as-tu pris la décision de mener ce projet à bien ?
J’avais déjà fait un arrangement de Strawberry Fields Forever que l’on jouait sur scène avec mon groupe, et c’était vraiment très amusant à interpréter. Ricardo Capelli, mon tourneur italien, a vu que la réponse du public était excellente et m’a donc demandé de revenir faire une nuit entière de chansons des Beatles. Je lui ai dit que c’était impossible, mais l’idée a commencé à germer et j’ai commencé à arranger des morceaux de manière informelle. J’ai essayé In My Life, Help, et celui qui m’a vraiment plu était Lucy In The Sky With Diamonds, avec cette intro au clavier qui se joue si bien à la guitare. C’est à ce moment là que je me suis dit « ok, et si j’essayais de faire l’album Sgt Pepper en entier ? ». ça n’était pas encore une idée d’enregistrement d’album à l’époque, mais juste le plaisir d’essayer de capturer l’harmonie, la mélodie, les effets spéciaux et les orchestrations en une seule performance linéaire, sans empiler d’overdubs dans tous les sens.

As-tu réécouté les enregistrements au moment de créer tes arrangements ?
Non, je me suis fait à mon souvenir de ces morceaux. Quand j’écoute le disque dans ma tête, je n’entends pas toutes les couches d’orchestrations, tu as donc une approche horizontale plutôt que verticale. Qu’est-ce qui retient ton attention à ce moment précis ? Je ne pense pas que l’album aurait eu autant de personnalité si j’avais fait plusieurs couches d’overdubs. Si tu te lances là-dedans c’est une tentative de reproduire le disque… J’ai plutôt tenté d’en donner la lecture la plus personnelle possible, en chantant les morceaux avec ma propre voix guitaristique.

« Painted from memory » en quelque sorte ?
C’est incroyable je pensais justement appeler l’album Painted From Memory ! Mais il y a déjà un album de Elvis Costello et Burt Bacharach qui s’appelle comme ça…

timmonswinnerAndy Timmons avec Yanni, le gagnant du concours Woodbrass, et Philippe, le directeur du magasin guitares.

As-tu déjà une idée de ton prochain projet du genre ? Reprendre Pet Sounds pour son 50ème anniversaire par exemple ?
J’ai déjà fait quelques arrangements de Brian Wilson, dont God Only Knows, et j’ai arrangé l’album d’un artiste du début des années 70 et le résultat me plaît énormément. Je travaille là-dessus comme un hobby, mais je ne veux pas en dire plus pour ne pas décevoir les gens si ça ne se concrétise pas. J’ai fait un album complet de guitare surf qui sort l’année prochaine, très influencé par l’album Live In Japan de The Ventures en 1966. Je l’ai fait pour m’amuser dans mon home studio mais je le fais remixer parce que c’est vraiment un album fun. Il y a plusieurs compositions originales mais aussi des reprises bien décalées, comme A Taste Of Honey ou Cry For A Shadow.

Est-ce la surf music qui t’a donné envie de jouer de la guitare ?
Oui ! Mon grand frère avait un disque de The Surfaris qui s’appelait Fun City USA, et je suis tombé amoureux de la version de Apache, avec un énorme echo sur la guitare. Il y avait aussi le titre Moon Dawg avec un son d’Echoplex incroyable, on dirait un chien qui aboie ! J’ai donc toujours aimé les sons de guitare bien traités, avec beaucoup d’écho !

Parlons de ton Ibanez signature, quelle est celle que tu embarques sur la route ?
Cette guitare était le premier prototype de la AT-100, elle a été fabriquée le 14 février 1994, elle a donc 21 ans ! Mon modèle signature est directement dérivé de cette guitare, même profil de manche et mêmes micros.

Comment se fait-il que tu sois resté sur ce même exemplaire alors que la plupart des endorsés Ibanez ont un nouveau modèle tous les six mois ?
Ça ne m’empêche pas d’expérimenter avec d’autres, j’ai une collection d’une centaine de guitares à peu près, et le modèle de production est excellent, mais j’aime la relation personnelle que j’ai développée avec celle-ci. Je ne pourrais pas faire un concert comme ce soir avec une autre guitare, c’est ma maison ! Elle est extrêmement versatile, je peux en tirer à peu près tous les sens dont j’ai besoin, du jazz à la country en passant par le heavy rock.

timmonsflyer

En regardant ton modèle signature on dirait une Stratocaster de 54 revue par Ibanez.
Ce n’est pas un hasard : à l’époque où je l’ai développée j’étais à fond dans ma période Eric Johnson, et je suis toujours très fan. Je voulais donc une guitare qui ressemblait à sa Strato de 54 ! Avant Ibanez j’étais chez Kramer, avec un Floyd Rose et un Sustainer, et Kramer m’a fait une Strat dont j’adorais le manche. Nous nous sommes donc inspirés de ce profil de manche pour mon modèle signature Ibanez.

Le sunburst deux tons n’est donc pas un hasard ?
Absolument pas. Je voulais que cette guitare aie l’aspect d’un grand cru.

Comment en es-tu venu aux mini humbuckers ?
Il s’agit d’un moyen de ne pas avoir une trop grande différence de niveau lorsque je passe du micro chevalet au micro manche. Si j’avais un micro simple au manche, ça serait déséquilibré par rapport au humbucker du chevalet. Lorsque nous avons conçu la guitare en 94, Ibanez m’a suggéré d’essayer les Cruiser de Dimarzio. C’était juste une recommandation mais je m’en sers maintenant depuis 21 ans ! Ils ont effectivement l’attaque d’un simple bobinage mais ils sont plus épais et sont très silencieux. J’ai eu cette guitare lorsque j’ai enregistré Electric Gypsy, c’est donc le même matos que j’utilise depuis toujours !

timmonsstage

Tu viens de sortir un nouveau modèle chez Ibanez, la Premium AT10.
A l’époque où j’ai conçu la AT-100 originale, Ibanez m’avait suggéré de faire un modèle moins cher mais je tenais à ce que le modèle dans le commerce soit le même que celui que je joue. Il y a trois ou quatre ans, ils m’ont parlé de leur usine indonésienne en me disant qu’ils y faisaient d’excellents modèles pour Satriani et Vai, et m’ont demandé si j’étais prêt à envisager d’y faire un nouveau modèle pour moi. Je leur ai tout simplement dit de me faire un prototype, et le premier proto était le bon… Je n’avais rien à redire, ils ont simplement changé les mécaniques et le chevalet par rapport à mon modèle original, mais le profil de manche et les micros sont les mêmes. Ils travaillent vraiment bien, et les gens peuvent enfin se permettre de s’acheter mon modèle, ils peuvent d’ailleurs changer les mécaniques et le chevalet s’ils le souhaitent.

Quels médiators et cordes utilises-tu ?
Le médiator Dunlop Jazz III Tortex 1.14 est le plus ancien élément de mon son puisque je l’utilise depuis 1984. J’en ai essayé plein d’autres au cours des années mais j’y reviens toujours. Mes cordes sont des D’Addario 10-46.

Peux-tu nous en dire plus sur ton modèle JHS signature à venir ?
J’ai découvert les pédales JHS par la Angry Charlie qui m’avait été recommandée par un ami dans un magasin. Mon Mesa Boogie avait un problème et je ne pouvais pas me servir de sa distorsion, j’ai donc été obligé de me servir de cette pédale pour tous mes sons lead, et ça marchait parfaitement ! Pour mon modèle signature, nous avons décidé d’ajouter un switch à trois positions qui permet d’obtenir trois types de headroom différents. Elle s’appellera la A.T., avec une arobase en guise de logo !

timmonsboardLe pedalboard d’Andy, notez le prototype de la JHS A.T., la pédale rouge avec arobase dessus !

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Andy Timmons – Interview”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *