Archives

Baptiste Thiébaut (prof de batterie à la Woodbrass Music School) – Interview

Par Woodbrass Team

La rentrée est là, et ça n’est pas uniquement une mauvaise nouvelle ! C’est aussi l’occasion de commencer de nouvelles activités, et en particulier d’apprendre à jouer d’un instrument, ou de perfectionner votre jeu ? ça tombe bien, les cours de la Woodbrass Music School reprennent et vous y trouverez votre place quel que soit votre budget, quelles que soient vos disponibilités et quel que soit votre instrument. S’il s’agit de la batterie, il se pourrait bien que votre prof soit l’excellent Baptiste Thiébaut, que nous vous présentons à travers cette interview.

batterie

Comment es-tu venu à la musique ?
Par transmission : j’ai une mère chorégraphe et un père accordeur de piano, qui a fait des études d’harmonie et d’analyse musicale.

Pourquoi la batterie ?
Par hasard. J’ai commencé par le violoncelle à 3 ans, puis la batterie vers 6 ou 7 ans, en prenant des cours avec Marc Wolff, un ami et collaborateur de ma mère à Lyon.

Quelle a été ta formation ?
J’ai commencé en cours particuliers, puis en remontant en banlieue parisienne à 11 ans, je suis rentré dans une école communale, à Montgeron (91) avec Florent Ségaud, dont les cours étaient plutôt orientés vers le funk et le rock. A 14 ans, après avoir participé au stage des Enfants du Jazz de Barcelonnette, je suis rentré au département Jazz du CRD de Yerres (91) avec Patricio Villaroel à la batterie. J’y ai aussi pris des cours de piano et d’arrangement avec Manuel Villaroel puis Katy Roberts, et participé à divers ateliers dont celui d’improvisation libre de Patricio. Je suis maintenant en quatrième année au CNSMDP avec Dré Pallemaerts à la batterie. Je passe aussi le Diplôme d’Etat à l’Enseignement.

Quelles musiques écoutes-tu ?
De tout, vraiment. Beaucoup de jazz, plutôt free dans ce qui se fait aujourd’hui (Tim Berne, Marc Ducret, Zorn, Frisell…), de l’improvisation libre. Evidemment les plus anciens (de Duke Ellington à Ornette Coleman, en passant par Coltrane, Lee Konitz, George Russell, Miles, Archie Shepp, Steve Lacy, Wayne Shorter qui continue a 81 ans de déboiter son sax avec un quartet monstrueux…). Du rock, en ce moment beaucoup Magma. J’aime aussi beaucoup ce que fait Mike Patton (Thomahawk, Mr. Bungle, Fantômas…). Ce qui nous amène au métal, j’ai eu une longue période. Je réécoute surtout aujourd’hui des groupe comme Converge ou The Dillinger Escape Plan. Du rap : Mobb Deep, Mos Def, Lushlife, et de temps en temps je me remets le premier album de Disiz. De la musique classique indienne, particulièrement Balaram Pathak, Amjad Ali Khan et Vilayat Khan. De la musique classique occidentale, peut-être plus de période baroque, postromantique et moderne que de période classique. Les compositeurs que j’écoute le plus sont probablement Bach, Ravel, Stravinsky, Bartok, Webern et des contemporains. Sinon, plein d’autres choses : dans ma playlist iTunes, il y a Crosby, Stills, Nash & Young, Zappa, Pink Floyd, John Scofield, Black Flag, ACDC, Les Beatles, Derek Bailey…

drums2

Quels sont tes batteurs de références ? Tes percussionnistes préférés ?
Paul Motian, mon éternel numéro un. Sinon, Elvin Jones, Roy Haynes, Tony Williams… Dans les batteurs actuels : Tom Rainey, Jim Black, Brian Blade, Joey Baron, Nasheet Waits, Tyshawn Sorey… Pour le groove : Dennis Chambers.

À quoi ressemble ta vie musicale actuelle ?
J’ai mon quartet free jazz / improvisation libre et je joue dans plusieurs projets : le Rising Cloud Orchestra, quintet rock / folk / expérimental du guitariste Jean Galmiche, Nahima, quintet free jazz du pianiste Alexandre Du Closel, j’accompagne Stéphane Manga, bassiste/chanteur camerounais, je monte un trio d’improvisation/noise (batterie, guitare baryton, Rhodes) avec deux amis du CNSM, puis un gros projet est en préparation avec deux autres amis du conservatoire. Sinon, je joue ponctuellement à droite et gauche, je remplace des cours de batterie, piano et ateliers…

Quelle est l’approche que tu veux transmettre dans ton cours à la Woodbrass Music School ?
Cela dépendra évidemment des élèves. De manière générale, une fois que des bases solides ont été établies, j’essaye d’élargir le champ de vision des élèves, en abordant différents styles (sans survoler non-plus), et en montrant des manières de jouer qui peuvent leur être peu familières. Mon but est surtout d’ouvrir les oreilles, d’éveiller la curiosité et de faire acquérir une certaine autonomie aux élèves ainsi qu’une exigence dans leur travail.

De quoi est composé ton kit actuel ?
J’ai une Gretsch Maple Renown, avec un tom aigu (12″) et deux toms basse (14″ et 16″), caisse claire de 14″ et grosse caisse de 18″ que je peux remplacer par une de 22″, selon mes besoins. Je joue avec deux rides (à gauche et à droite) Zildjian, Constantinople 22″ et K custom dry 21″, un charley Bosphorus Jeff Hamilton de 14″, puis un assemblage de crash / china de 15″ Stagg (qui sonne terrible !). J’ai aussi une très vielle china qui sonne comme une casserole (j’adore) et plein de petits objets pour l’improvisation…

Quels sont tes cinq albums préférés (toutes époques confondues) ?
Difficile de faire un classement… pour n’en citer que cinq :
Time Berne – Science Friction
Magma – Köhntarkösz
John Coltrane ) Om
Bach – La Passion Selon St Jean (par John Eliot Gardiner)
Paul Motian – Garden of Eden
Converge – You Fail Me
Ravel – Sonatine (par Werner Haas)
Oui ça fait sept…

drums3

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Baptiste Thiébaut (prof de batterie à la Woodbrass Music School) – Interview”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *