Archives

Emmanuel Camy (professeur de basse Woodbrass Music School) – Interview

Par Woodbrass Team

Un bon cours de musique est le résultat d’une alchimie extrêmement délicate. Si tous les éléments ne sont pas réunis, l’expérience peut très vite tourner à la contrainte. Pour vous permettre d’apprendre face aux meilleurs de leur catégorie, l’équipe de la Woodbrass Music School a sélectionné la crème de la crème parmi plusieurs dizaines de profs auditionnés. Après le pianiste Roman Maresz, le batteur Baptiste de Chabaneix et le guitariste Mickael Le Van, c’est au tour du bassiste Emmanuel Camy de se présenter dans cette interview.

manu
Comment t’es venu le déclic pour la musique ?
J’ai eu envie de faire de la guitare à l’âge de 15 ans en louant le DVD de Led Zeppelin The Song Remains The Same. Je l’ai reloué toutes les semaines pendant un an puis j’ai fini par l’avoir pour mon anniversaire, et je le regardais tous les jours ! Je m’amusais à jouer de la guitare en refaisant le concert devant ma télé, et c’est là que je me suis dit « je veux faire ça, c’est trop cool ! ».

Comment s’est fait ton apprentissage ?
J’ai appris en jouant tout seul, avec Guitar Pro et des tablatures trouvées sur Internet. Je n’ai pris des cours qu’avant d’aller au CIM (école jazz et musiques actuelles), pour passer l’audition et me mettre à niveau théoriquement. C’est là que j’ai commencé à apprendre la musique et son langage, et j’ai arrêté la guitare !

Pourquoi être passé de la guitare à la basse ?
Quand j’ai commencé à bosser du jazz, je me suis rendu compte que j’avais mal appris la guitare, que j’avais plein de mauvais automatismes, et puis je n’avais pas envie de faire des solos sans distorsion ! Je suis donc reparti de zéro à la basse pour apprendre comme je le voulais.

Quelle différence fais-tu entre les deux instruments ?
Ça n’est pas du tout le même boulot. La basse c’est un instrument de fond, un pilier qui est hyper important. J’aime bien pouvoir donner une direction à la musique sans être sur le devant de la scène. Ça ne m’intéresse plus de faire des solos, je préfère apporter quelque chose au groupe et accompagner des artistes.

Quels sont tes goûts musicaux ?
Après Led Zeppelin j’ai énormément écouté Deep Purple et Pink Floyd. Je voulais jouer des choses de plus en plus techniques à la guitare et je suis donc devenu shredder, j’ai passé beaucoup de temps sur du Steve Vai, du Joe Satriani et du metal progressif. J’ai ensuite découvert le jazz, ça me plaisait vu que c’était encore plus complexe !

Quelle est ton actualité musicale ?
Je joue avec Roman dans le groupe Tact, j’ai un groupe de hip hop qui s’appelle Slime, et je joue dans le quintet de jazz AKA-Unit.

Que souhaites-tu faire passer à tes élèves via tes cours à la Woodbrass Music School ?
Je ne fais pas de différence entre l’apprentissage de la musique et le reste : je veux transmettre l’envie d’apprendre, la passion de découvrir les choses. Même si l’élève ne devient pas musicien, il aura gagné quelque chose s’il lui cette flamme lorsqu’il découvre quelque chose de nouveau.

Quel est ton matériel ?
J’ai une basse Fender Precision mexicaine sur laquelle j’ai mis des micros Seymour Duncan, elle sonne très bien ! J’ai une basse six cordes du luthier allemand Sandberg à laquelle je ne touche plus, tellement la Precision est efficace tout le temps… Le son est hyper typé, ça bave mais j’adore ! Côté amplis, j’aime bien Ampeg, c’est ce que j’ai essayé de mieux. En plus sur les autres amplis il y a trop de boutons !

school

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Emmanuel Camy (professeur de basse Woodbrass Music School) – Interview”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *