Archives

Gibson T 2016 : le retour aux sources

Par Woodbrass Team

Les fans les plus traditionalistes de la grande marque américaine étaient restés sur leur faim face à la collection Gibson 2015, et la débauche d’innovations proposées les avait laissés de marbre, les poussant à se repencher sur les modèles plus simples sortis en 2012 et 2013. Ils ont été entendus jusqu’à Nashville, et voici donc la collection T 2016, placée sous le signe de ce qu’on aime chez Gibson : du bois, des micros, le gros son et rien d’autre !

LPCMLes Paul CM

Observer la gamme Gibson T 2016 donne un peu l’impression de revenir dans le temps : on retrouve avec soulagement les modèles et les finitions qui ont fait de la marque américaine une institution incontournable pour tout guitariste qui se respecte. Exit donc les mécaniques G Force qui s’accordent toutes seules, exit le sillet métallique qui faisait aussi office de frette 0, exit même le gros étui doré un poil bling bling sur les bords. On retrouve donc les mécaniques à l’ancienne, un bon vieux sillet Graph Tech (du graphite, pour une meilleure transmission des vibrations et très peu de frictions donc excellente tenue d’accord), et un nouvel étui (à découvrir avec les premiers arrivages, on ne va pas tout vous dévoiler direct) ! Les têtes larges façon années 70 ont gagné et c’est un choix esthétique plutôt pertinent, mais l’essentiel est surtout que nos modèles préférés sont de retour, tels qu’ils devraient toujours être ! Moins de modèles aussi, la gamme devient donc plus lisible : suivez-nous, vous allez voir c’est facile.

LPtradicherry

Les Paul Traditional Heritage Cherry Sunburst

Les Paul
Commençons par le modèle roi, celui par lequel l’aventure solidbody de Gibson a commencé en 1952. Plusieurs séries occupent plusieurs gammes de prix, chacune avec ses arguments et sa personnalité. L’entrée de gamme se fait par la Les Paul CM (CM pour chick magnet, « l’aimant à poulettes », passons sur le côté néanderthalien), une héritière des Les Paul Junior des années 50 avec un seul micro humbucker de type 1961 Classic et un cordier wraparound, ainsi qu’un corps affiné. Très simple mais très efficace, très jolie pour qui sait apprécier un instrument sobre (et le noir satiné puisqu’elle n’existe que dans cette finition), et pas un jouet du tout. A l’étage au-dessus, on passe aux modèles Tribute, avec deux micros, un tune o matic, un corps de taille normale… Des Les Paul quoi ! La finition est satinée, et selon la décennie on a deux configurations de micros et profils de manche différents : 50s Tribute avec manche rond et duo 490R / 498T (dans le style de la Les Paul de 1959), 60s Tribute avec manche fin et P90 (dans le style de la Les Paul de 1960 donc). Les deux sont disponibles en Honeyburst, Ebony (noir) et Vintage Sunburst, mais la 50s Tribute a aussi droit à un Gold Top en plus. Au-dessus il y a la Studio Faded, qui intègre une paire de Burstbucker Pro, des micros à l’origine développés par le Custom Shop et qui ont une excellente réputation pour des sons plus fins et vintage. Quatre couleurs satinées : Ebony, Fireburst, Worn Brown (brun usé) et Worn Cherry. On commence ensuite à tutoyer le haut de gamme avec la Les Paul Studio, qui est la première en finition nitrocellulose brillante (pas de finition satinée donc, ça brille comme les Custom Shop !) et aussi la première à être livrée en étui plutôt qu’en gigbag. On retrouve la configuration 490R / 498T qui a fait de la Studio un modèle incontournable dans les années 90, ainsi que des finitions typiques de l’époque qui ne manqueront pas de déclencher une crise de nostalgie chez les trentenaires, le trio infernal Ebony, Wine Red et Alpine White. Pour les trois finitions, vous avez le choix entre accastillage chromé ou doré. On gagne au passage un Vintage Sunburst, un Fire burst, un Radiant Red (accastillage chromé), et pour les plus aventureux, Silver Pearl (chrome), Pelham Blue (chrome) et bien sûr Inverness Green (gold).

LPstudiowine

Les Paul Studio Wine Red

Vous suivez toujours ? On arrive à la fin ! Arrive ensuite la Les Paul Traditional, qui comme son nom l’indique représente la Les Paul telle qu’elle a toujours été : deux humbuckers Classic ’57, un profil de manche arrondi façon 1959 et un look parfaitement indémodable avec du sunburst uniquement (à l’exception du Wine Red), dans cinq nuances différentes : Heritage Cherry Sunburst (l’original !), Honey Burst, Desert Burst, Iced Tea et Light Burst. Enfin, la Les Paul Standard 2016 reprend les Burstbucker Pro en version splittable, les mécaniques à blocage et leur ajoute un manche ultra confortable avec un profil asymétrique (qui s’affine en allant vers l’aigu) et une touche à radius compensé. Le haut de gamme assumé, en forme de parfaite synthèse entre modernité et tradition, et côté finitions c’est l’avalanche : Blue Mist, Ebony, Gold Top, Translucent Black (noir transparent avec table en érable AAA, comme pour les sunburst), Desert Burst, Fireball, Honey Burst, Heritage Cherry Sunburst, Light Burst, Translucent Amber et enfin Tea Burst. Du choix, mais pas n’importe quoi : exactement ce qu’on espérait !

LPstdtranslucentamber

Les Paul Standard Translucent Amber

Les Autres
Mais il n’y a pas que la Les Paul dans la vie ! La SG est bien sûr l’autre grande solibody de chez Gibson, disponible pour 2016 dans trois versions différentes : la SG Special Faded qui fait son grand retour (finition satinée cherry ou brown, deux humbuckers et repères en points), la SG Special 70 et ses deux mini humbuckers (Cherry, Ebony et Vintage Sunburst, le tout en finition satinée), et l’indémodable SG Standard, telle qu’on l’a toujours connue avec 490R / 498T, repères en blocs, finition nitrocellulose brillante noire ou cherry, celle d’Angus Young tout simplement ! Mais il y a aussi un petit bonus avec une version P90 de la SG Standard Cherry, très proche de la SG Classic des années 90, un bel hybride à explorer.

SGstandard

SG Standard Cherry 2016

La Firebird est aussi de la partie avec des mini humbuckers. D’ailleurs une Firebird sans ses mini humbuckers est-elle encore vraiment une Firebird ? Elle est en Vintage Sunburst, ce qui ne manquera pas d’évoquer Johnny Winter même à ceux qui ne connaissent le génial albinos que de très loin. Enfin, on retrouve les deux formes futuristes introduites par Gibson en 1958, la Explorer et la Flying V, dans des versions très réussies qui ne changent pas trop la recette établie. On garde la finition nitrocellulose brillante (Cherry ou Ebony pour l’Explorer, Wine Red ou Ebony pour la Flying V) avec repères en points (tout à fait logique sur ces modèles), et on gagne une paire de humbuckers 496R et 500T à fort niveau de sortie. L’idée est donc que Gibson assume l’utilisation hard rock / métal de ces modèles et vous dispense de changer les micros pour pousser votre Rectifier dans le rouge, sympa non ? Et la petite touche qui tue, ce sont les micros à bobines zebra sur la Flying V (une bobine noire et une bobine blanche) ! Classieux… Toutes ces merveilles arrivent dans les prochains jours entre les murs du Woodbrass Store Guitare et seront très bientôt testées en vidéo. Venez donc vous rendre compte par vous-même de l’indéniable qualité vintage de cette gamme T 2016, pour laquelle Gibson a frappé très fort.

flyingVebony

Flying V 2016 Ebony

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Gibson T 2016 : le retour aux sources”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *