Archives

Kenny Wayne Shepherd – Interview

On le connaissait comme le jeune premier du blues rock et un des grands héritiers des Stratocasteristes les plus illustres, voici que Kenny Wayne Shepherd nous surprend avec un huitième album, Lay It On Down, plus mature et posé. Comme toujours, les sons de guitare sont à se damner et nous sommes donc allés l’interroger sur le pourquoi du comment.

Par Woodbrass Team

Ce nouvel album est très produit. Cela était-il une tentative consciente de plaire aux radios ?
Non, c’était une tentative consciente d’essayer quelque chose de différent. Le but était de faire quelque chose de nouveau, qui sonne de façon contemporaine, d’écrire de très bonnes chansons avec des très bonnes histoires et de multiplier les textures. Si tu écoutes Ride Of Your Life, Down For Love ou Baby Got Gone, tu as l’agression, la puissance et la dureté que tu attends du Kenny Wayne Shepherd Band. Mais nous savons faire autre chose !

Comment s’est déroulé l’enregistrement ?
Nous avons beaucoup travaillé sur les harmonies vocales, mais pour les instruments nous n’avons pas beaucoup empilé de pistes. C’est principalement la guitare, la basse, la batterie et la voix. J’essaie de ne pas multiplier les pistes de guitare, sinon tous les instruments finissent par se battre pour avoir de l’espace dans la chanson.

Ton son sur Louisiana Rain représente pour moi le Saint Graal du son de Strat. Comment en es-tu arrivé là ?
Il s’agit de ma Strat de 61, mais une grande partie du son vient aussi des amplis que Alexander Dumble me fabrique.

Ces amplis sont légendaires et extrêmement rares. Peux-tu nous en dire plus ?
Chacun de ses amplis a un nom et un circuit différent, il en a fabriqué neuf pour moi en tout. Il y a l’Ultraphonics, le Rockphonics, le Slide Winder, le Tweedle-Dee Deluxe… Pour l’enregistrement j’avais cinq Dumble côte à côte et je les mélangeais. Le Tweedle-Dee ne fait que 15 watts mais il a un son incroyable, il l’avait prévu pour le studio mais je l’ai quand même amené sur scène. Le Ultraphonics est un circuit d’overdrive naturel très amélioré qu’il a monté dans un circuit de Fender qu’il a complètement refait. Le Slide Winder a commencé sa vie comme une réédition de Fender Bassman 59, et il refait tout à l’intérieur ! Il n’utilise que le baffle et le châssis. Celui là a beaucoup de gain, et peu de gens l’ont. Je sais que Mike Landau en a un. Il m’a refait deux Vibroverb vintage, selon son idée de la vraie capacité du circuit original de Leo Fender.

À quoi ressemble ta collection de guitares ?
Je ne connais pas le nombre de guitares que je possède. Je ne suis pas vraiment un collectionneur en ça que je n’ai pas besoin de guitares parfaitement préservées, je transforme toutes mes guitares en relic de toutes façon à force de tourner avec ! Ma Strat 61 est la meilleure que je n’ai jamais joué, et je n’en ai jamais trouvé de meilleure, neuve ou ancienne. J’ai une 59 et une 58 qui s’en rapprochent, elles sont hardtail toutes les deux. J’ai joué beaucoup de vieilles Strat et je n’en ai jamais entendu une autre comme ça. J’ai récemment joué une Les Paul de 1960 et je l’ai presque achetée, parce qu’elle sonnait incroyablement et pas pour sa rareté.

Quelle est ton astuce pour choisir une bonne Strat ?
Pour moi il y a deux critères : est-ce qu’elle est agréable à jouer et est-ce qu’elle sonne bien. Le reste est secondaire. Il m’importe peu de savoir en quelle année elle a été faite. C’est un instrument. Comme tu le vois je joue sur une Strat American Professional toute neuve et c’est une excellente guitare. Je pourrais aussi appeler Todd Krause au Custom Shop, lui dire exactement ce que je veux, je l’aurais une semaine plus tard et je sais que ça serait une guitare incroyable que je pourrais jouer sur scène.

Tu as aussi ton modèle signature chez Fender.
Tout à fait, mais nous venons de l’arrêter puisque nous en préparons un autre qui sortira l’année prochaine ! Pour l’instant je ne peux rien te dire, je veux tout tester avant de me fixer sur les caractéristiques.

De quoi est composé ton pedalboard ?
J’ai un système de switch qui me permet d’activer plusieurs pédales à la fois. Il y a beaucoup de pédales que je n’utilise que pour un titre dans la soirée, la base de mon son reste une guitare dans un ampli. En overdrive j’utilise une Ibanez Tube Screamer TS-808 ou une Analog Man King Of Tone. Ma wah est la Dunlop Custom Audio Electronics, j’ai une Tycobrahe Octavia, une Analog Man Bi-Chorus, j’ai une Uni-Vibe construite par mon guitar tech, une excellente réplique, un JAM Delay Llama avec tap tempo et mon accordeur ! Il faut ce qu’il faut.

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Kenny Wayne Shepherd – Interview”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *