Archives

Le bout de la chaîne : choisir ses enceintes de monitoring

Par Woodbrass Team

Ça paraît évident mais comme toujours dans notre domaine, les évidences sont bonnes à rappeler : les enceintes sont l’étape finale de votre chaîne sonore, et à ce titre peuvent sublimer ou gâcher tous les efforts du reste. En d’autres termes, vous aurez beau avoir des prises de son fabuleuses, votre mix sera forcément douteux si vous ne l’écoutez pas sur le bon système. Pour autant, il n’est pas uniquement question d’investir des milliards de dollars dans vos écoutes, il faut aussi connaître quelques règles élémentaires pour en tirer la substantifique moelle.

speakers1

Commençons par balayer quelques lieux communs envahissants. Tout d’abord, les enceintes parfaites n’existent pas. Chaque système a sa personnalité, ses avantages et ses inconvénients, et la reproduction parfaitement neutre que chacun espère n’est qu’une illusion. D’autre part, des enceintes de studio sont le seul bon système pour faire un mix de qualité. Avec un casque il vous manquera la profondeur et le réalisme des graves (malgré les avancées technologiques, les fréquences basses ont toujours besoin d’espace pour se développer), et avec des enceintes de chaîne hifi, même bonnes, il vous manquera le détail chirurgical sans lequel il est très compliqué de régler correctement une reverb ou un compresseur. Débranchez donc votre carte son de cette micro chaîne Aiwa, il est temps de passer aux choses sérieuses.

Le bon outil pour le bon boulot
Il y a de quoi se noyer parmi la multitude de références existantes : entre le Woodbrass Store Audio et le service Woodbrass Studio Pro, vous trouverez pas moins de 23 marques, chacune avec plusieurs dizaines de références ! Pour vous frayer un chemin dans cette jungle, il est important de préciser vos besoins. Tout commence par le style : tous les ingénieurs du son cherchent à se diversifier mais il y a forcément un style que vous maîtrisez mieux que les autres et qui représente votre maison musicale. Si vous mixez essentiellement du classique, la douceur du médium sera bien plus importante que l’abondance de graves. Si vous mixez du rap en revanche, des subs conséquents seront bienvenus. L’idéal est de vous documenter sur les outils qu’utilisent les références dans votre style, au moins en termes de marque, puisqu’en général chaque marque a sa personnalité sonore propre malgré la richesse de sa gamme. Le live de Led Zeppelin à Londres en 2007 a été mixé sur des Tannoy, alors que Call Me Maybe de Carly Rae Jepsen a été fait sur des Yamaha et des KRK. Bien sûr ce ne sont que des exemples…

La taille compte
La puissance et la taille d’une enceinte sont aussi très importantes, et le choix va dépendre de l’espace dans lequel elle sera utilisée. Pour un petit espace, préférez une petite enceinte pas trop puissante pour éviter que le son rebondisse n’importe comment dans tous les sens. Bien sûr, dans ce cas, il vaudra mieux être proche des enceintes pour ne pas perdre trop de graves. La puissance de l’enceinte dépendra du volume auquel vous mixez : si vous n’écoutez pas à un volume de cheval, il vaut mieux prendre une petite puissance de manière à ce que le haut parleur bouge uniformément même à bas volume. Souvent, les enceintes puissantes ont tendance à produire un son anémique si elles ne sont pas poussées un minimum. Enfin, rien ne vaut un test pour se rendre compte de ce qu’un système d’écoute a dans le ventre. Au Woodbrass Store Audio vous trouverez un mur avec de nombreuses paires pour pouvoir faire votre comparatif. Dans tous les cas il est indispensable d’écouter les enceintes avec de la musique que vous connaissez par cœur : un de vos mix pourquoi pas, mais aussi et surtout des albums que vous avez beaucoup écoutés, de manière à ce que vous vous rendiez immédiatement compte des différences de son. Privilégiez un format d’écoute non compressé (wav ou CD), plutôt qu’un mp3 sur lequel vous ne jugerez l’enceinte que sur un dixième des infos sonores du morceau…

speakers2

Au niveau des niveaux
Une fois vos enceintes de rêve ramenées à la maison, il reste encore plusieurs aspects sur lesquels il faut se montrer vigilant. Tout commence par le câblage : regardez à l’arrière de votre console ou de votre interface, il y a deux niveaux de sortie possibles. Symétrique (balanced) correspond à + 4dB, et asymétrique (unbalanced) correspond à – 10dB. Prenez donc garde à aligner les niveaux de sortie entre votre interface, vos câbles et vos enceintes. Pas de jacks de guitare mono sur une sortie à + 4dB par exemple ! ça paraît évident dit comme ça mais vous seriez surpris… Et comme toujours, investir dans un câblage de qualité est le seul moyen de vraiment profiter de votre matériel, sous peine de perdre pas mal d’informations à travers des connexions douteuses. Enfin, le placement de vos enceintes est d’une importance cruciale et déterminera en grande partie votre confort d’écoute. Vos enceintes doivent être à hauteur d’oreille (évident là encore…), et désolidarisées de la surface sur laquelle elle se trouvent pour éviter les résonnances polluantes. Quelques bouquins peuvent faire une solution de dépannage, mais l’idéal est bien sûr un socle prévu à cet effet, comme les Auralex Mopad. Enfin, les deux enceintes doivent former un triangle dont vous êtes le troisième angle : les deux côtés qui viennent vers vous doivent être égaux entre eux, et correspondre environ à 1,5 fois la taille du troisième côté qui sépare les deux enceintes entre elles. Bien sûr, si les enceintes sont petites elles ne doivent pas être trop espacées. Ces deux enceintes doivent être orientées selon le même angle dans votre direction, et il faut impérativement qu’elles soient à la même hauteur pour éviter les bizarreries de phase. Enfin, il ne faut pas placer les enceintes trop près du mur. En suivant tous ces conseils, vous obtiendrez un point d’écoute optimal.

De field en aiguille
Dans les studios professionnels, il y a en général trois systèmes d’écoutes différents : les enceintes de proximité (near-field) qui ont beaucoup de précision et une image stéréo parfaite, les intermédiaires qui ont un peu plus de basses et les grosses enceintes qui sont là pour écouter fort et avec un son plus flatteur. Ces trois systèmes ont des tailles différentes et sont situées à des distances progressives du mixeur. A la maison, vous ne pouvez pas forcément vous payer ce luxe, mais le fait de pouvoir jongler entre deux paires d’enceintes multiplie dramatiquement les chances de faire un mix sans défaut choquant. Les petites Avantone Mixcubes sont par exemple des classiques des studios pros et restent accessibles comme deuxième paire d’enceinte pour de l’extrême proximité. Et ne laissez jamais passer une occasion de tester votre mix sur un nouveau système d’écoute, aussi basique soit-il : votre chaîne hifi (oui, vous pouvez la ressortir !), l’autoradio de votre voiture, et même les petites hauts parleurs pourris de votre ordinateur ou smartphone. Bon mix !

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Le bout de la chaîne : choisir ses enceintes de monitoring”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *