Archives

Marshall CODE : le numérique à l’anglaise

par Woodbrass Team

Le petit ampli numérique est devenu un standard incontournable pour les guitaristes à la recherche d’un système pour s’entraîner à la maison avec un son inspirant. Les possibilités délirantes de ces engins, qui renferment de nombreux effets et amplis virtuels dans une taille tout à fait raisonnable, en font de véritables outils de création. Il était grand temps que Marshall amène sa pierre à l’édifice, voici donc la série CODE !

code1

Toutes les grandes marques ont proposé leur version du petit ampli numérique, des Blackstar ID aux Fender Mustang, et la légendaire firme de Milton Keynes s’est longtemps fait remarquer par son absence. LA marque d’amplis par excellence, au point que leur nom est immédiatement synonyme de murs de stacks rugissants, a pris tout son temps, quitte à perde une longueur d’avance. Mais l’annonce du lancement de la série CODE au NAMM 2016 ne nous a laissé aucun doute : les ingénieurs de Marshall savaient parfaitement ce qu’ils faisaient, et ont simplement pris le temps d’arriver à un ampli parfait avant de le lancer. C’est désormais chose faîte, et les très sobres petites boîtes commencent enfin à arriver de ce côte de la Manche, lancées par un concert survolté du groupe Mass Hysteria, preuve que les amplis numériques peuvent aussi servir à cracher du feu sur scène. Peu importe la technologie, pourvu que le son soit au rendez-vous, et de ce côté-là la mission est clairement remplie !

code2

La lampe douce
Derrière le CODE se cache une collaboration surnommée MST. Certes en français ces initiales ne sont pas forcément très heureuses, mais elles cachent en fait l’alliance de Marshall et Softube. Cette deuxième marque est bien connue des spécialistes de l’audio, puisqu’ils sont les auteurs de nombreux plugins de simulation d’engins de compression ou d’égalisation ultra complexes (Trident A-Range, Tonelux Tilt), et ont même signé une excellente interface audio physique, la Console 1. Softube a aussi développé des plugins pour le géant Universal Audio et leurs interfaces UAD, à commencer par l’excellente émulation de l’ampli guitare Chandler GAV-19T, puis trois amplis de la même marque, quatre légendes de l’histoire du rock : le Marshall Plexi 1959, le Marshall Bluesbreaker 1962, le Marshall Silver Jubilee et enfin le Marshall JMP 2203. Ces quatre monstres à lampes ont été parfaitement émulés par Softube, les chercheurs de la marque suédoise ont passé des mois à reproduire numériquement la complexité de ces merveilles, une gageure qui leur a permis d’appliquer cette connaissance acquise lors de la conception des émulations du CODE.

code3

Cap code
On retrouve en toute logique ces quatre modèles parmi les émulations du CODE, mais pas seulement : on trouve aussi un JTM45, un DSL100H sur le canal clair, une émulation de son clair et crunch type Fender, un JVM410H en canal clair ou canal saturé, une émulation de guitare électro-acoustique, une émulation de crunch de type Vox, un JCM2000 DSL sur le canal saturé et une émulation de distorsion Mesa Boogie. On peut même choisir son ampli de puissance parmi quatre types (type EL34, type 5881, type EL84 et type 6L6) et son haut parleur parmi quatre configurations. Il est donc possible d’inventer un son de Plexi avec des lampes EL84 et un baffle 1×12 Handwired, ou un Silver Jubilee en 6L6 avec 2×12 Vintage 30 : les possibilités sont d’une richesse vertigineuse. Comme la vidéo de présentation officielle le fait clairement comprendre (voir plus bas), avoir un CODE donne accès à un véritable « best of » des Marshall du milieu des années 60 à nos jours. Et bien sûr les possibilités ne s’arrêtent pas à ces amplis virtuels, loin de là, puisqu’il y a de très nombreux effets intégrés : compression, 3 overdrive dont la fameuse Marshall Guvnor, de nombreuses modulations, 4 reverbs, 4 delays. Le tout est bien sûr mémorisable dans des presets qui permettront de retrouver vos sons en live.

code4

Code d’entrée
Pour parfaire le tableau, le CODE est aussi une interface audio, c’est-à-dire qu’il suffit de vous brancher à un ordinateur via le port USB de l’ampli et ce dernier sera reconnu comme une carte son. Vous pouvez donc enregistrer votre guitare dans les logiciels habituels (Pro Tools, Ableton Live, Cubase…), et là où ça devient encore plus fort, c’est que le son de l’ordi peut sortir sur le CODE, qui fait donc office d’enceinte amplifié pour écouter votre musique ou bosser sur un mix. Marshall a vraiment pensé à tout, au point qu’il est difficile d’imaginer une situation pour laquelle il ne serait pas à la hauteur. La question reste de choisir son modèle : pour l’instant les deux combos 25 et 50 watts sont les seuls présentés, mais un combo plus conséquent et une version stack sont dores et déjà dans les tuyaux. Pour l’heure, le choix se fait surtout entre appartement (25 watts) ou maison (50 watts) !

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Marshall CODE : le numérique à l’anglaise”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *