Archives

Musikmesse – 1er jour

par Julien Bitoun – Woodbrass Team

Le Musikmesse est le salon annuel de Francfort. Le voyage est certes moins sexy que Los Angeles, mais on trouve malgré cela de très nombreuses nouveautés. La proximité entre les dates des deux salons n’a pas empêché les constructeurs de réserver quelques grosses annonces. Ils ont gardé le suspens intact et j’avoue avoir été agréablement surpris à plusieurs reprises. Suivez-moi donc le long des couloirs interminables du plus gros salon musical au monde…

telejazzmasterblackburst

– Commencons par Fender, puisque c’est la marque dont le stand gargantuesque nous accueille dans le hall principal dédié aux guitares électriques. Pas de nouveaux modèles depuis le NAMM (qui avait quand même vu son lot de belles choses), mais une véritable fête des couleurs dans la série American Vintage ! La Jazzmaster en Firemist Silver (tête assortie), la Stratocaster 65 en Burgundy Mist Metallic, la Jazz Bass 64 en Daphne Blue à tête assortie, et enfin et surtout la Telecaster 64 en Fiesta Red, une robe qui lui va si bien qu’on se demande pourquoi ils ne l’ont pas directement sortie comme ça…
Le Custom Shop assure une fois de plus le rôle de Recherche et Développement puisqu’ils présentaient de très nombreux modèles dont les couleurs n’existent pas encore dans le catalogue Fender. La plupart sont d’ailleurs magnifiques : Purple Metallic (violet pour les fans de Prince), Olive Drap (vert foncé), Taos Turquoise (assez proche du Baby Blue en plus vert), Copper (déjà dispo sur une Strat chez nous, mais ici décliné sur une Telecaster) et enfin Black Sparkle (les Jazzmaster photographiées plus haut).

telecasterfiestaredbosstonecentral– Côté nouveautés, Boss avait carrément sorti l’artillerie lourde. Il y avait tout d’abord le logiciel Tone Central, qui se télécharge sur Mac ou PC et permet d’uploader des presets programmés par d’autres musiciens sur un multieffet comme le ME-80 (présenté au NAMM). Les artistes endorsés par les marques apportent bien sûr leur pierre à l’édifice et l’on peut donc choisir des presets programmés par Marty Friedman par exemple, plutôt cool non ?
BossGT001Et ce logiciel tombe à point nommé pour tirer pleinement parti du nouveau GT-001, un multieffet au format compact avec un look très inhabituel chez Boss : plus sobre, plus métallique et futuriste. Il est conçu pour être utilisé en studio, puisqu’on le posera sur un bureau plutôt que de le garder à ses pieds sur scène. Vu le nombre de guitaristes qui sont aussi accros au home studio, Boss a clairement bien pensé son coup….
BossGP10Enfin, la nouveauté Boss qui a fait sensation c’est le GP-10 : il s’agit du premier multieffet compatible V-Guitar à moins de 500 euros !!! Le procédé V-Guitar permet de jouer avec des sons synthétiques (types gros synthés) mais aussi avec des sons plus traditionnels mais avec une clarté énorme puisque le capteur envoie chaque corde séparément. L’avantage est qu’on peut donc reproduire un open tuning de manière ultra naturelle sans avoir à toucher aux mécaniques de sa guitare. En quelques minutes de jeu, je suis donc passé d’un son jazz chorusé à un son de sitar, avec en chemin un son de clavier énorme doublé à la guitare saturée et un son crunch en open de Sol à la Keith Richards. Les guitaristes aventureux vont être aux anges…

amplifi– Toujours au rayon des nouveautés complètement innatendues, voici le Line 6 Amplifi FX100 ! Même le démonstrateur Line 6 ne nous en avait pas parlé il y a quatre jours, mais il est fort possible que le constructeur aie gardé ça caché même de ses plus proches collaborateurs… Il s’agit donc d’un pédalier multieffet qui reprend les sons de l’ampli Amplifi, ainsi que son excellent logiciel de programmation et de partage de sons via Internet. Nous avons assisté à la démonstration, et comme on pouvait s’y attendre c’est diablement efficace…

TaylorspringTaylor nous avait déjà bien scotché avec leur nouvelle série 800 lors du NAMM, eh bien ils ont remis le paquet ! Notre premier coup de cœur était la 150E, une 12 cordes qui devrait arriver autour de 800 euros. Et le pire c’est qu’à ce prix là, c’est carrément la 12 cordes la plus facile à jouer du monde, et elle sonne comme une disque… Il serait dommage d’en acheter une autre en fait !
Et comme d’habitude les séries limitées de printemps nous ont permis d’apprécier des designs un peu différents, dont plusieurs modèles de la série 400 avec corps en ovangkol, et surtout une 320e baryton, en acajou et sapélé. Si vous estimez que votre bassiste ne mérite pas sa part du cachet, c’est le moment de vous mettre à la guitare baryton et vous n’aurez plus jamais à le rappeler…

focal– Vous connaissez Focal ? Jusqu’ici, cette marque française d’enceintes de monitoring s’était concentrée avec succès sur le très haut de gamme, et les seuls produits accessibles au commun des mortels étaient leurs casques. Mais ça c’était avant ! Voici la gamme Alpha qui compte trois modèles : 50 (haut parleur 5 pouces), 65 (haut parleur 6,5 pouces) et 80 (vous avez deviné ? bien). Les prix se situent en dessous des 500 euros, et surtout ce ne sont pas des enceintes au rabais… Nous avons passé un bon quart d’heure à écouter de la musique à plusieurs volumes sur les trois, et c’est à chaque fois bluffant : l’album solo de Jack White ne sonne pas avec autant de clarté sur ma chaîne de salon Denon, il va falloir que je pense à y faire quelque chose…

gibson– Nous l’avions ratée au NAMM et c’est bien dommage, puisque nous aimons à la fois l’artiste et la marque : il s’agit du nouveau modèle signature Gibson de Billie Joe Armstrong, chanteur et guitariste de Green Day. Il était déjà responsable de deux excellentes Les Paul Junior à son nom, mais il a cette fois-ci choisi la ES-137, un modèle creux qui a aussi été adopté par les Kings Of Leon dans sa version standard. Son modèle est affublé de deux P90 et d’une finition Black Cherry Burst qui vous garantit de ne pas passer inaperçu sur scène, même si le chanteur décide de se mettre à la cornemuse.

musicman3– Enfin, le gros scoop du Musikmesse était aussi le retour des amplis Music Man. Des rumeurs circulaient parmi les geeks de la guitare depuis quelques jours, mais c’est désormais officiel, et ils sont fabriqués par les italiens de DV Mark (le pendant guitare de Mark Bass) qui ont été jugés comme les plus à-même de rendre justice à l’héritage considérable de cette marque… Vous connaissez sans doute les guitares Music Man, mais leurs amplis étaient tout aussi excellents, et ont d’ailleurs été utilisés par Eric Clapton, Aerosmith ou encore Johnny Winter lors de leur apparition en 1974. Pour ne rien vous cacher, il s’agit d’ailleurs d’un design auquel a activement participé Léo Fender, rien que ça… Ce sont des amplis hybrides en cela que le préampli est à transistors et l’étage de puissances à lampes, une combinaison toujours pas repris à ce jour alors qu’elle permet un énorme son très clair et puissant. Trois modèles sont disponibles : une tête 130 Watts (4 EL34) avec son baffle 4×12, un combo 1×12 de 50 Watts (2 6L6) et un combo 2×12 de 130 watts (4 EL34). Les trois ont deux canaux indépendants comme sur les Fender blackface, et le deuxième canal propose une reverb et un trémolo. Vu qu’il n’y a pas de réglage de gain, DV Mark a poussé le vice jusqu’à développer une pédale de gain assortie aux amplis qui permet d’ajouter un canal crunch et un plus saturé au son clair déjà superbe de ces amplis. La seule infidélité aux modèles d’époque est le choix de hauts parleurs plus légers typiques de DV Mark, mais à l’écoute ça sonne tellement qu’on aurait tort de jouer les conservateurs grincheux… Music Man est de retour dans le domaine de l’amplification et ça fait plaisir !

à demain pour d’autres bonnes nouvelles en direct de Francfort…

musicman2

 

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Musikmesse – 1er jour”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *