Archives

Musikmesse 2015 part 1 : la messe n’est pas folle

Par Woodbrass Team

Le salon annuel du Musikmesse se tenait du 15 au 18 avril à Francfort (Allemagne), et Woodbrass y était pour vous tenir au courant de toutes les nouveautés dévoilées par les fabricants. En raison d’une grande proximité de calendrier avec le NAMM de Los Angeles (qui avait lieu fin janvier) et de la crise structurelle du marché de la musique, les exposants comme les visiteurs n’étaient pas aussi nombreux que les années précédentes, et certaines grosses marques bien connues n’étaient même pas représentées. Malgré tout, il y avait quand même quelques produits très alléchants, comme vous allez pouvoir en juger dans ce florilège en deux parties. Deuxième partie après-demain !

messe

RME
Le roi des interfaces audio au style recherché et sophistiqué présente la nouvelle version de la star de son catalogue aux yeux des home studistes exigeants, la Babyface. La Babyface Pro est assez grosse et intègre donc sa connectique plutôt que de passer par un câble de conversion comme c’était le cas auparavant. On trouve 4 entrées (pour un total de 12 avec les entrées numériques), 4 sorties (pour un total de 12), la prise USB et un gros bouton central que l’on peut assigner à plusieurs fonctions. Il ne manque rien, et la Babyface Pro rejoint directement le club très restreint des interfaces dont la qualité séduira autant les amateurs éclairés que les… pros.

rme

SOUNDCRAFT
A regarder la Ui, on se pose des questions : c’est une console de mixage ça, sans aucun fader ou même potard à se mettre sous les mains ? Eh bien oui, les ingénieurs de Soundcraft ont fait très fort en concevant une console entièrement contrôlée en wifi. L’objet physique n’est là que pour les connexions, tout le reste est contrôlé via un logiciel iOS, Android, Windows ou Linux. L’idée est brillante : l’ingénieur du son peut ainsi contrôler le son depuis l’endroit qui l’arrange plutôt que de se contenter de l’endroit où la console est installée. Pour aller encore plus loin, les consoles Ui peuvent être contrôlées par 10 machines à la fois, ce qui permet aux musiciens d’ajuster leurs retours sur leurs smartphones sans perturber l’équilibre de la façade. Tant qu’à faire, les effets intégrés sont signés dbx (dynamique et surpression de feedback), lexicon (reverbs) ou encore Digitech (simulateur d’amplis et pédales). Ce petit bijou existe dans deux versions : la Ui12 à 12 entrées et les Ui16 à 16 entrées qui a en plus l’avantage d’être rackable.

soundcraft

SENNHEISER
Les deux nouveautés du stand Sennheiser sont un bel exemple de collaboration transatlantique puisqu’elles représentent le résultat du travail commun entre les ingénieurs de la marque allemande et les américains de Apogee. Ces deux micros cravate allient des capsules Sennheiser (ME2 pour le ClipMic Digital et MKE2 pour le MKE2 Digital) et des convertisseurs Apogee qui permettent de les brancher directement aux appareils iOS via une connectique Lightning en 24 bits / 96 kHz. Plus besoin d’interface, on se branche et c’est prêt ! Les podcasteurs, youtubeurs et autres reporters exigeants avec leur son ont enfin l’outil adapté à leurs besoins.

sennheiser

YAMAHA
Les batteurs étaient gâtés sur le gigantesque stand de la marque aux trois diapasons, puisqu’on pouvait y admirer la DTX-582K, le nouveau haut de gamme de la série de batteries électroniques 502. On y retrouve des pads DTX pour les toms et la caisse claire, un vrai déclencheur de charley, des cymbales à trois zones ainsi que le nouveau pad de grosse caisse KP100. Ce pad est suffisamment grand pour recevoir deux battes pour les amateurs de double pédale, et s’avère surtout d’une stabilité peu commune parmi les grosses caisses électroniques.

yamaha

TC ELECTRONIC
Le petit looper Ditto est devenu un incontournable du catalogue TC Electronic, et le voici donc enfin dans sa version Stereo, avec deux entrées et deux sorties mais aussi avec la possibilité de charger des pistes d’accompagnement conçues par les rock stars qui utilisent les pédales de la marque.
Dans le domaine audio pro, le système Clarity X a beaucoup fait parler de lui. Il s’agit d’un système de calibration d’écoute qui analyse le comportement de vos enceintes dans la pièce via un microphone dédié et corrige ensuite les problèmes de phase, d’équilibre du centre et de fréquences perdues ou trop boostées. Clarity X se compose du micro évoqué plus haut, du rack qui est le centre du système et d’une télécommande qui permet d’accéder à de nombreuses fonctions de façon simple et immédiate, comme l’alternance entre deux systèmes d’écoute, le solo, le mute ou le volume, avec mémorisation du volume auquel les écoutes ont été analysées. Comme son nom l’indique, le Clarity X vise à simplifier le travail de mix en rendant le son plus intelligible et plus équilibré quel que soit l’environnement.

tcelectronic

TC HELICON
TC Helicon reste l’une des rares marques à proposer d’excellents multieffets spécifiquement conçus pour nos amis chanteurs. Le VoiceLive 3 Extreme reprend les magnifiques harmonies intelligentes, le looper très pratique et les effets intégrés du VoiceLive 3 (dont plusieurs effets pour guitare signés TC Electronic en plus des effets pour voix), mais on gagne en plus la possibilité d’enregistrer tout ce que l’on chante et joue directement sur une clé USB en audio 24 bits (grosse qualité donc), et l’importation de piste d’accompagnement auxquelles on peut associer des changements de programme. En d’autres termes, vous pouvez automatiser l’activation d’une harmonie au moment où le playback joue le refrain, et à chaque fois que vous chantez sur ce même playback vous n’aurez plus à vous soucier d’activer l’effet. Mais où s’arrêteront-ils ?

tchelicon

ORANGE
Pour les plus énervés d’entre nous, les ingénieurs de Orange se sont repenchés sur l’ampli hi gain le plus populaire de la marque depuis plus de 10 ans, le Rockerverb, et présentent donc sa troisième version. On y gagne au passage un switch pour passer à une puissance de 25 watts, un atténuateur de puissance footswitchable, un canal clair plus brillant et une reverb plus musicale.
Mais la grosse surprise côté Orange venait de la Bax Bangeetar, leur première pédale depuis les années 70 ! Et pour fêter dignement ce retour ils n’ont pas fait les choses à moitié. Cette boîte à l’aspect ultra robuste, disponible en noir ou blanc, est une overdrive naturelle qui peut aller jusqu’à la distorsion extrême, et dont l’égalisation participe énormément à la grande polyvalence. Les réglages de graves et aigus sont de type Baxandall (d’où le Bax du nom, rien à voir avec la choucroute donc), c’est-à-dire qu’ils sont interactifs et influent aussi sur les médiums. Les médiums justement sont complètement paramétriques avec trois réglages (boost / cut, fréquence et Q – la largeur de la courbe). Les possibilités sont donc vertigineuses et les guitaristes à la recherche d’un son bien précis pourront enfin y accéder en passant un peu de temps sur les réglages. Pour parfaire le tableau, le bypass peut être true ou avec buffer, et une sortie avec simulateur de haut parleur permet de se brancher directement sur une console de mixage ou une interface audio. Très fort !

orange

BOSE
La marque américaine faisait partie des stands les plus fréquentés du Messe, et il faut dire que la nouvelle série de produit F1 est très impressionnante. L’enceinte flexible F1 812 (20 kilos) et le subwoofer F1 (25 kilos) se montent très facilement l’un sur l’autre (d’autant plus facilement que leur poids est réduit) et délivrent chacun une puissance de 1000 watts. Un système stéréo aura donc une puissance de 4000 watts, pour une sono facile à monter et transporter par n’importe quel groupe, DJ ou artiste. Le point de crossover est plus bas que d’habitude, ce qui permet de ne pas subir de transition entre subwoofer et woofer sur les fréquences de la voix, qui est bien sûr ce que votre public doit entendre avec la plus grande clarté possible. Mais le plus impressionnant reste la possibilité d’ajuster la directivité de l’enceinte haute, par le biais de quatre positions qui correspondent chacune à un positionnement différent du public par rapport à la scène. Attendez-vous à voir très bientôt des F1 fleurir sur de nombreuses scènes !

bose

SEAGULL
On les aurait presque ratées tant elles sont petites et discrètes, mais Seagull avait bien ramené deux petites nouvelles à l’occasion du Messe, deux mandolines. Leur forme rappelle les fameuses Merlin, et elles sont disponibles en finition naturelle mais aussi dans un très beau sunburst allant du marron au rouge avec plaque de protection perloïd. A l’essai, on retrouve les sensations propres à cet instrument typiquement country (quatre cordes doublées accordées en quinte) mais avec une justesse peu habituelle et une très belle projection. Et puis du Made In Canada à prix Seagull, c’est toujours appréciable.

seagull

UNIVERSAL AUDIO
Puisque l’on parlait de Marshall, le nouveau plugin disponible sur les appareils au format UAD est un de leurs amplis ! Le Plexi a été modelisé par Softube (déjà responsables du plugin Vintage Amp Room) d’après la tête que Marshall conserve dans leur musée personnel comme la référence du « son Marshall » dont rêvent l’énorme majorité des guitaristes. Il s’agit du premier plugin officiellement approuvé par la légendaire marque britannique, et d’après Softube il se pourrait bien que cette collaboration continue de faire des petits.
Mais la grosse nouveauté du Messe chez Universal Audio était plus du côté du hardware que du software, puisqu’il s’agissait des nouvelles interfaces Apollo, qui reprennent la façade noire des UAD Thunderbolt sorties il y a peu. Elles partagent les mêmes convertisseurs de qualité supérieure ainsi qu’un DSP Quad (ou Duo en option sur la Apollo 8 Thunderbolt 2) pour faire tourner les excellents plugins de la marque. La Apollo 8p Thunderbolt 2 présente 16 entrées (dont 8 préamplis physiques) et 20 sorties, la Apollo 8 Thunderbolt 2 n’a que 4 préamplis mais peut gérer jusqu’à 18 entrées et 24 sorties, et enfin la Apollo 16 Thunderbolt 2 peut aller jusqu’à 18 entrées et 20 sorties mais présente surtout 16 entrées et sorties analogiques via des connecteurs DB-25 parfaitement adaptés à une utilisation avec console.

universalaudio

TAYLOR
La marque de El Cajon est toujours très dynamique et n’était donc pas venue les mains vides : elle étend sa nouvelle 600 (de tous nouveaux modèles au corps en érable conçus pour une plus grande polyvalence que ce qu’on attend habituellement de cette essence) en introduisant la forme Grand Concert. Deux modèles sont disponibles (en plus de la 614ce, la 616ce, la 618e et la 618 12 cordes déjà dévoilées au NAMM) : la 612ce avec pan coupé, et la 612 12 Frets, sans pan coupé et avec 12 cases hors corps, qui gagne au passage une superbe tête ajourée.
Enfin, dans cette même logique de reprendre les gammes de la marque une par une pour les améliorer, Taylor présentait sa nouvelle 914ce. La nouvelle série 900 reprend les améliorations déjà développées pour la série 800 (vernis plus fin, barrages revus et adaptés spécifiquement à chaque forme) et leur ajoute des décorations luxueuses sans être envahissantes. Mais la grosse nouveauté, c’est que l’armrest sera désormais présent sur tous les futurs modèles de la série 900, une gageure lorsque l’on sait à quel point cette découpe de confort pour l’avant-bras tient du tour de force à réaliser sur une acoustique. D’ailleurs jusque là il s’agissait d’une option qui n’était proposée que sur des modèles bien plus coûteux. Très fort Taylor.

taylor

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Musikmesse 2015 part 1 : la messe n’est pas folle”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *