Archives

NAMM 2016 – 1er jour

Par Woodbrass Team

L’édition 2016 du NAMM Show de Anaheim est enfin ouverte, et les stands des différents constructeurs fourmillent de nouveautés. Ça tombe bien, Woodbrass est là et nous vous ramenons des nouvelles toutes fraîches de vos marques préférées. Pendant tout la durée du salon, vous pouvez aussi nous y suivre en temps réel sur twitter : https://twitter.com/woodbrass. Préparez-vous à avoir de bonnes crises de G.A.S. !

gretsch

GRETSCH
Tout a changé chez Gretsch ! Une nouvelle gamme fait son apparition (les Streamliner dont on vous avait déjà parlé dans l’article pré-NAMM), et les gammes historiques sont revues de fond en comble. Le haut du panier de la production Gretsch, les sublimes japonaises qui font rêver les collectionneurs de tout poil, sont désormais divisées en deux gammes différentes, les Golden Era et les Players Edition. Le but des premières est de proposer des guitares les plus proches possible des vénérables modèles des années 50 et 60 (même si sous beaucoup d’aspects les nouvelles sont bien mieux faîtes que les anciennes), tandis que les Players Edition s’adressent comme leur nom l’indique aux joueurs plutôt qu’aux dingues de vintage, et adaptent les designs classiques made in Gretsch aux besoin des guitaristes du 21ème siècle. Le seul point commun entre les deux nouvelles séries est qu’elles intègrent désormais des capaciteurs paper-in-oil de chez Gretsch, les Squeezebox.
Les Golden Era sont toute montées d’origine avec des micros TV Jones, des bindings et incrustations vieillis ainsi que des pickguards bien épais comme les vieux. La légendaire White Falcon est à l’hommage avec deux modèles, la 55 (G6136-55GE) qui présente un chevalet fixe Synchro-Sonic et des micros simples T-Armond, et la 59 (G6136-59GE) qui arbore quant à elle un Bigsby (avec chevalet fixé au corps pour une meilleure stabilité) et des TV Jones Classic. La Country Club G6196-59GE reprend cette configuration de chevalets et de micros mais avec la superbe finition Cadillac Green. La Chet Atkins 6120 a elle aussi deux versions qui ont chacune leur Bigsby, la 1955 G6120-55GE avec micros T-Armond et la 1959 G6120T-59GE avec TV Jones Classic. Chet Atkins toujours, avec la Tenessee Rose de 1962 G6119T-62GE sur laquelle on trouve les TV Jones Hilo’ Tron. Chet Atkins encore avec trois versions différentes de la Country Gentleman : la 59 G6122T-59GE avec TV Jones Super’Tron Classic Plus, la 62 G6122T-62GE avec ses deux pan coupés et TV Jones Classic, et enfin la G6122-6212GE, sa jumelle à 12 cordes et chevalet fixe. Enfin, la Anniversary est aussi de la partie dans sa version 1960, la G6118T-60GE avec TV Jones Hilo’Tron et sa délicieuse couleur Two-Tone Smoke Green.
Les Players sont très différentes : les corps sont plus fins, dans la lignée des Panther, ce qui permet de limiter le larsen, les Bigsby sont à cordes traversantes (plus stable et plus pratique pour changer les cordes), les mécaniques sont à blocage, le barrage est le fameux Gretsch ML, les potards de tonalité sont plus musicaux et tous les modèles partagent la même configuration de micros, une paire de humbuckers High Sensitive Filter’Tron. La Falcon G6136T est toujours de la partie, cette fois-ci en version blanche, noire ou blanche gaucher, la G6120 existe en version Orange Stain normale ou avec table en érable flammé (G6120TFM), la G6119 Tennesse Rose est Dark Cherry Stain (normal), la G6122 Country Gentleman est Walnut Stain (normal aussi), et il y a deux Anniversary, la G6118T-LIV (2)Tone Lotus Ivory and Charcoal Metallic) et la G6118T)-SGR, le 2-Tone Smoke Green que l’on associe généralement au modèle.
Ça va tout le monde suite encore ? ça tombe bien puisqu’il y avait aussi des modèles en édition limitée, comme cette superbe G6134T LTD, une Penguin couleur Jade à double cutaway. Tellement classe…

celemony

CELEMONY
Melodyne 4 est enfin là ! La référence du traitement de notes polyphonique reçoit sa mise à jour la plus énorme et permet de modifier n’importe quel élément d’un enregistrement en détectant toutes les notes composant un son analysé. L’éditeur de son pousse la finesse d’analyse jusqu’à l’enveloppe du son et toutes ses harmoniques, le Direct Note Access (DNA pour les intimes) permet de toucher directement aux notes d’un son comme s’il s’agissait d’un piano roll MIDI, et la détection du tempo se fait avec une précision redoutable. Pour ne rien gâcher, cette version 4 fonctionne sous n’importe quel logiciel comme plug-in et tourne en 64 bits.

wild

WILD CUSTOMS / SAUVAGE
Les auvergnats de Wild font leur premier NAMM et les américains ont halluciné en découvrant le talent de ces luthiers et designers de génie. Il faut dire qu’ils ont mis le paquet, avec une quinzaine de guitares toutes plus belles les unes que les autres, parmi lesquelles pas mal de modèles à un seul micro (toujours mieux !), la fameuse One-Piece Master que nous vous présentions dans un précédent article, la Baroness Bioschock Steampunk (une création digne de Victor Hugo), ou encore la Souvenir 13, une guitare aux couleurs du drapeau français en souvenir des attentats du Bataclan qui sera jouée par Jesse Hugues des Eagles Of Death Metal lors de leur prochain concert à l’Olympia. Cette guitare est d’ailleurs à gagner via une tombola dont les profits iront directement à l’association de soutien aux musiciens de Josh Homme, The Sweet Stuff. Chapeau.

ernieball

ERNIE BALL
La marque de cordes la plus cool du monde est aussi connue pour ses pédales de volume qui sont devenues un standard en matière de musicalité. Fort de cette expérience, Ernie Ball présente deux pédales intégrées dans une pédale d’expression qui permet de contrôler un paramètre au pied. Les deux premières de la Expression Series sont la Expression Overdrive et la Ambiant Delay. Les deux ont un superbe boîtier doré plus petit que la pédale de volume junior de la marque (pas impossible à placer un pedalboard donc) et présentent des réglages au potard sur la face avant, à côté de la connectique.

UAD

UNIVERSAL AUDIO
La grosse nouveauté chez Universal Audio était la Apollo Twin version USB, qui permet aux utilisateurs de PC (ou de Mac pré-Thunderbolt) de profiter des excellents plugins de la marque avec la latence ultra basse de l’interface Apollo. Parmi ces plugs, deux nouveautés alléchantes sont annoncées : une version virtuelle du Marshall JMP (la tête légendaire des années 70) et le filtre de forme d’enveloppe Oxford Envolution, déjà connue comme une arme secrète pour de nombreux ingénieurs sous d’autres plateformes et qui est désormais exploitable en technologie UAD.

yamaha

YAMAHA
Il y avait du nouveau de tous les côtés chez le géant japonais. Côté guitare pour commencer, nous avons revu les Revstar déjà dévoilées lors d’un précédent article, et nous avons découvert la nouvelle série acoustique FG800, des guitares d’entrée de gamme à la finition améliorée et qui promettent une belle initiation aux débutants désargentés. Il y avait aussi la FG-180 50th, une réédition de la fameuse folk que jouait Country Joe McDonald sur la scène de Woodstock en 1969, et une belle manière de célébrer les 50 ans de production de guitares chez Yamaha. Dans un registre moins nostalgique, le Silent Violin a pris une nouvelle forme, plus effilée et plus lointaine d’un vrai violon, une bonne manière d’imposer le Silent comme un instrument à part entière avec ses propres codes.
Côté claviers, on efface tout et on recommence avec le Montage qui vient remplacer les Motif. Ce synthétiseur est un véritable monstre aux capacités colossales : la technologie Motion Contrôle Synthesis Engin y contrôle deux générateurs de sons (forme d’onde/synthèse soustractive et FM) qui peuvent être assignés à des zones du clavier ou combinées. L’accent a été mis sur le contrôle dynamique en temps réel via le Super Knob (un gros bouton auquel on peut assigner plusieurs paramètres à la fois), les Motion Sequences (des séquences customisables synchronisées au tempo) et un Enveloppe Follower (filtre d’enveloppe intelligent) très développé. La logique d’utilisation a aussi été poussée à l’extrême pour un travail live sans galères. Trois modèles ont été présentés, le Montage 8 (88 touches, clavier à toucher marteau), le Montage 7 (76 touches et clavier FSX) et le Montage 6 (61 touches et clavier FSX). Pour ceux qui n’ont que faire de la puissance d’un calcul d’un engin pareil, l’excellente série de claviers compacts Reface devient encore plus attrayante avec l’introduction d’une sangle spéciale qui permet de les transformer en Keytar.
Enfin, les batteurs pleuraient depuis des années la disparition de la gamme Recording Custom, les kits les plus enregistrés de l’histoire de la musique. Ils peuvent désormais sécher leurs larmes, la Recording Custom est de retour, plus en forme que jamais puisque ce modèle a été développé avec l’aide de Steve Gadd, lui-même un des batteurs les plus enregistrés de tous les temps. Le bois choisi est du bouleau américain 6 plus avec chanfrein de 30 degrés et des nouvelles coquilles High-tension lug. Le plus compliqué sera en fait de choisir sa couleur parmi les quatre coloris proposés : Solid Black, Real Wood, Classic Walnut et le très funky Surf Green.

arturia

ARTURIA
Deux très belles nouveautés sur le stand des français d’Arturia. Le Keystep tout d’abord, un clavier maître ultra portable (32 touches) qui n’a pas oublié d’offrir des possibilités musicales réelles, avec contrôler du Swing, du Gate, arpégiateur et séquenceur intégrés. Mais l’engin qui attirait inévitablement tout les regards était bien sûr le MatrixBrute, un synthétiseur analogique qui se place clairement dans la lignée des Moog modulaires. Il intègre trois oscillateurs Brute, un filtre Steiner-Parker et un filtre en échelle, trois enveloppes ultra rapides, des effets analogiques et une matrice de modulation. Contrairement à la grande majorité des synthés analog, le MatrixBrute permet d’enregistrer jusqu’à 256 presets, ce qui en fait à la fois un outil de studio et de live redoutable. Nous avons pu passer un peu de temps à l’écouter et le résultat est vraiment très impressionnant.

jackson

JACKSON
Comme souvent chez Jackson, les modèles signature étaient à l’honneur, avec pour commencer une Rhoads signée Christian Andreu, le guitariste du mastodonte Gojira (dont on attend d’ailleurs le prochain album avec impatience !). Elle est noire, n’a qu’un seul micro Custom Charvel MFB (Seymour Duncan HB-102B pour la version RRXT) et représente donc un bel exemple de design fonctionnel et minimal. Chris Broderick a fêté son départ de Megadeth avec deux nouvelles Soloist, la HT6 et la HT7, qui ont en commun de ne pas avoir de vibrato (d’où le nom, hard tail). Enfin, un nouveau modèle Randy Rhoads a vu le jour, la RR3 qui allie un Floyd Rose avec une configuration de micros plus traditionnelle qui fera parfaitement le boulot en rock classique, un Seymour Duncan JB TB4 au chevalet et ’59 SH1N au manche.
A noter aussi une nouvelle forme, la Monarkh, un hommage très clair à la Les Paul avec son diapason court, son corps en et manche collé en acajou et sa table en érable. Le modèle Pro Monarkh SC a des micros actifs Seymour Duncan Blackout, tandis que la SCX (qui existe en 6 et 7 cordes) a des micros Jackson a fort niveau de sortie, tout comme la JS22 Monarkh.

LP

LP
Paul Rekow, l’incroyable percussionniste à l’origine du son Santana, est mort en novembre dernier alors que Latin Percussions avait commencé à travailler sur un modèle avec lui. LP a donc terminé le projet en hommage au musicien et le résultat sont les Top Tuning Signature Congas & Bongos, faits en pin de Nouvelle-Zélande en finition Dark Walnut. Elle est bien vivante en revanche, et Sheila E. a joué sur les albums de Prince, Mavin Gaye, Diana Ross et Herbie Hancock. LP introduit donc ses nouvelles Timbales signature, que Sheila elle-même a pris le temps de nous présenter.

marshall-code-1200-80

MARSHALL
L’année dernière, Marshall s’était repenché sur un grand classique de son passé, le Silver Jubilee (un des amplis préférés de Slash et Joe Bonamassa), et le voici cette année en version rétrécie ! Le Mini Jubilee 2525 existe sous forme de tête ou de combo et développe 20 petits watts dans les deux cas. Même dans ce format, ça reste largement suffisant pour se fâcher à vie avec les voisins.
Pour une amplification plus diplomatique en milieu urbain, il y a la nouvelle série Code. Marshall a travaillé en étroite collaboration avec la marque de plugins Softube afin de présenter un ampli à modélisations numériques le plus fidèle et réaliste possible. On y retrouve bien sûr des simulations des grands classiques de la marque (JTM45, 1962, 1959SLP, JCM800, Silver Jubilee, JCM2000, DSL100, JVM410H), ainsi qu’un grand choix de lampes de puissance, de baffles virtuels et d’effets intégrés. Le Code est bien sûr programmable en Bluetooth (il mémorise jusqu’à 24 presets), on peut combiner cinq effets, Trois combos sont disponibles (25 watts et 10“, 50 watts et 12“, 100 watts et 2×12“), ainsi qu’une tête 100 watts et son baffle 4×12“.

shure

SHURE
Shure est la marque de micros la plus célèbre pour les dérivés de son antique modèle Unidyne, les SM-57 et SM-58, sans aucune hésitation les micros les plus utilisés au monde depuis 1966. Mais le plus beau est qu’ils ne se reposent pas sur leurs lauriers pour autant. Le nouveau KSM 8 est un micro Dualdyne, le premier microphone dynamique de scène à double diaphragme. Les diaphragmes sont donc très fins, et cette prouesse technique est possible grâce à une technologie brevetée. Le résultat ? Un effet de proximité bien mieux contrôlé, une réponse en fréquence bien plus uniforme et un vrai pattern cardoïde qui limite beaucoup mieux la repisse d’un instrument à l’autre. Enfin un micro qui facilite la vie des chanteurs sur scène ? On est en droit de le penser !

manley

MANLEY
La marque californienne qui fait rêver les ingés chevronnés a mis le paquet cette année avec deux nouveaux racks de compression à lampes qui promettent de continuer d’affoler les tourneurs de boutons. Le Elop+ reprend la douceur du son tout lampes qui a fait le succès du limiteur Elop original, un standard pour enregistrer des instruments en contrôlant la dynamique mais sans écraser le son. Cette version « + » ajoute un ratio de compression de 3 :1 pour plus de versatilité, et une nouvelle alimentation. Le Nu Mu quant à lui reprend l’étage d’entrée à lampes du Variable Mu et lui ajoute un chemin de signal à transistors pour un résultat plus punchy. Le nouveau bouton « Hip » est une innovation très intéressante puisqu’il permet de ne compresser que les bas volumes, laissant les forts niveaux sans traitement pour garder un grain le plus naturel possible.

orange

ORANGE
Le Tiny Terror a été lancé en 2006 et toutes les autres marques d’ampli se sont engouffrées brans la brèche en sortant elles aussi des têtes à lampes en petit format. Pour fêter cet anniversaire, Orange sort une tête Tiny Terror 10th, en édition limitée fabriquée par le Custom Shop, avec son baffle vert émeraude. Pour ceux qui arriveront trop tard, ils pourront se consoler avec les deux nouvelles pédales qui viennent rejoindre l’excellente Bax Bangeetar, le clean boost Two Stroke (qui présente une EQ bien précise et versatile) ou la ABY Box The Amp Detonator, dont les deux sorties avec buffer permettent de coupler deux amplis sur une même guitare sans sacrifier la qualité de son.

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “NAMM 2016 – 1er jour”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *