Archives

NAMM 2017 : jour zéro, Fender, Gretsch, Jackson et Steve Gadd

Comme tous les ans depuis 1901 (rien que ça !), le salon d’hiver du NAMM se tient à Los Angeles, et cette année encore Woodbrass s’est déplacé pour vous ramener les nouveautés les plus excitantes et les exclus les plus fraîches. Le salon commence le jeudi 19 janvier, mais la veille est déjà bien riche en évènements, notamment grâce à la loterie du Custom Shop Fender. Il s’agit d’une soirée au cours de laquelle les magasins qui vendent les créations du Custom Shop Fender (dont Woodbrass Deluxe donc) viennent admirer les 300 guitares préparées par les master builders et tout le reste de l’équipe, et un tirage au sort décide de quel magasin a le droit d’acheter les guitares qu’il souhaite ramener pour ses clients. Nous ne savons pas encore quelles beautés nous ont été accordées par la loterie, mais nous avons déjà admiré un grand nombre de très belles créations, et en avons profité par la même occasion pour nous pencher sur les nouveautés des autres marques du groupe Fender. Et il y avait de quoi faire !

par Woodbrass Team

1-telesamplis

La soirée du Custom Shop était placée sous le signe du chiffre 30, puisque la vénérable institution née en 1987 fêtait déjà sa troisième décennie d’existence. Pour l’occasion, Fender a demandé aux huit luthiers qui ont lancé l’aventure de concevoir leur instrument ultime, et ces huit guitares forment la Founders Design Collection. C’est l’occasion pour Fender de rendre hommage à ces artisans qui ont fait la réputation de la marque, ainsi qu’une façon élégante de rappeler que, même si beaucoup de ces luthiers comme John Page, Gene Baker ou Mark Kendrick ont depuis monté des marques boutique très prisées, ils ont tout appris chez Fender. Les master builders actuels ont aussi mis les bouchées doubles cette année, et ont à la fois conçu des modèles commémoratifs pour le 30ème anniversaire, mais aussi des pièces uniques et incroyables. Parmi elles, les Tele et Strat psychédéliques de Dale Wilson ou la Tele Thunderbird de Greg Fessler ont fait sensation, et la star incontestée était Irish Roots Tele Relic de John Cruz, une superbe Telecaster fabriquée dans un morceau de bois bien brut, du pin vieux de deux siècles qui a simplement été huilé pour bien laisser apparaître la beauté naturelle du morceau. Dans un budget nettement plus modeste, plusieurs éditions limitées des séries américaines hors Custom Shop étaient présentées, toutes avec des corps en pin en finition naturelle pour bien mettre les veines du bois en valeur : une Telecaster et une Jazzmaster American Professionnal (la nouvelle série introduite au NAMM qui vient remplacer les American Standard) et une Stratocaster American Vintage 59.

psyche

teleIrish

thunderbird

oversunburst

Custom Order
Parmi les créations du Custom Shop non-master built, il y avait beaucoup de très belles idées, donc deux superbes modèles avec le manche palissandre, une option auparavant réservée aux master built qui commence à se répandre d’autant plus qu’il s’agit d’une très bonne caractéristique visuelle comme sonore. Nous la retrouvons donc sur une Esquire 57 et une Stratocaster 67, les deux dans de très beaux sunbursts. Il y avait aussi deux superbes Strat 67 en Shell Pink Over Sunburst et Faded Sonic Blue Over Sunburst, ou encore une très belle Jazzmaster Fiesta Red à plaque anodisée. Enfin, et c’est excellente nouvelle pour les amateurs de belles choses, le Custom Shop a relancé des kits guitare / ampli assortis, et là où ils avaient proposé quelques éditions limitées avec des Pro Junior dans des coloris très sympathiques il y a plusieurs années, ce sont cette fois-ci des petits Champ 57, des modèles beaucoup plus excitants et cohérents avec le côté vintage du Custom Shop, en noir, blanc, vert, crème et rouge qui accompagnaient des Telecaster 59 dans les mêmes coloris.

malcolm

Gretsch
Gretsch a aussi un Custom Shop, et cette année le master builder Stephen Stern présentait la recréation scrupuleuse d’une des guitares les plus mythiques de la marque, la Duo Jet de Malcolm Young. Le guitariste rythmique d’AC/DC a traîné cette merveilleuse guitare usée jusqu’à la moelle sur les scènes du monde entier pendant quarante ans, et même s’il ne tourne plus avec le groupe à l’heure actuelle, son neveu Stevie Young se sert toujours d’un Duo Jet modifiée de la même façon, c’est à dire avec un seul micro Filtertron et le chevalet Space Control. La réplique était en préparation depuis 2008, et ce travail a pris pas loin de 10 ans pour que toutes les personnes impliquées, y compris Malcolm et son frère Angus Young en soient complètement satisfaits. Au vu de l’incroyable instrument qui a suscité les commentaires de tous les visiteurs du stand, le résultat méritait cet effort, et pour un fan du groupe on ne peut s’empêcher de sentir la présence de la plus belle main droite de l’histoire du rock en regardant la « Salute Jet ». Ce bel hommage sera fabriqué à 40 exemplaires, et nous croisons très fort les doigts pour faire partie des 40 magasins qui auront la chance de la voir passer, même très brièvement. Plus accessible, mais pas forcément moins excitant, il y avait aussi le modèle signature Cliff Gallup, qui n’est pas une création Custom Shop mais bien un modèle japonais de série qui reprend la magnifique Duo Jet noire du guitariste de Gene Vincent & The Blue Caps. On retrouve une paire de DynaSonic et l’excellent vibrato Bigsby à barre fixe, une rareté très intéressante pour les émules du légendaire maître de la guitare rockabilly, ainsi que des cordes filées plat, aussi troublantes au premier abord que jouissives dès que l’on s’y est fait. Dans un style assez proche, une Duo Jet 53 vient rejoindre la série Vintage Select, mais cette fois-ci le Bigsby est équipé de la barre mobile, un compromis destiné à satisfaire les guitaristes moins puristes. En face, la réédition de Jet Firebird 62 (une duo jet rouge à double cutaway) faisait elle aussi une forte impression.

gretschnew

gallup

Jackson
La marque la plus métal de la galaxie Fender a fait un sacré carton plein côté artistes endorsés cette année, avec trois gros noms qui rejoignent le catalogue des modèles signature. Le plus inattendu est bien entendu Mick Thompson, le numéro 7 des furieux de l’Iowa Slipknot, dont la USA Signature Soloist n’est pour l’instant qu’une édition limitée du Custom Shop. Mais il y a fort à parier que cette très sobre Soloist rouge métallique équipée de deux Seymour Duncan et d’un Floyd Rose qui semble immobilisé fera bientôt l’objet d’un modèle signature plus démocratique. C’est d’ailleurs la philosophie qui a été privilégiée pour les deux autres nouveaux venus, Marty Friedman (ex-Megadeth) et Gus G (Ozzy Osbourne, Firewind). Le modèle Friedman met en avant la superbe forme Monarkh SC, une sorte de Les Paul à pan coupé florentin et tête ultramoderne, et reçoit deux EMG qui promettent d’envoyer le steak qu’il faudra. Elle est donc disponible en version USA signature et en version X Series pour un prix quatre fois moins élevé, et pourtant les deux sont vraiment très proches. Proches aussi les trois modèles de Gus G qui reprennent tous la forme d’étoile créée par le guitariste lui-même et qui le suit malgré son changement de marque de prédilection. La USA Signature est là encore la plus chère, vient ensuite la X Series qui malgré son prix moindre est elle aussi équipée de micros Seymour Duncan, et la JS Series qui divise encore le prix par deux et permet aux moins fortunés de profiter de cette superbe forme bien radicale.
Parmi le reste de la gamme nous avons aussi remarqué plusieurs modèles signature Misha Mansoor à des prix bien plus accessibles que sa version USA, les Juggernaut Pro Series qui promettent un bel outil de djent même à ceux qui n’ont pas gagné au loto. Enfin, la marque américaine se met elle aussi aux frettes en biais avec la S Series Soloist Archtop SLAT 7 Multi Scale. Il est évident que sur une 7 cordes, le fait d’avoir un diapason différent pour les graves et pour les aigus est un atout précieux et un grand pas en direction d’une guitare plus juste, le tout pour un prix qui est lui aussi très juste.

jacksongusg

jacksonfriedman

Steve Gadd
En guise d’épilogue musical, nous avons ensuite assisté à un concert organisé par la marque Zoom, qui avait convié le Steve Gadd Band pour une performance mémorable. Steve Gadd est un batteur de session ultra chevronné qui a notamment joué sur des albums de Paul Simon, Steely Dan, Rickie Lee Jones et Eric Clapton, et il était pour l’occasion accompagné du légendaire guitariste Mike Landau (Michael Jackson, Pink Floyd, James Taylor, Miles Davis, Joni Mitchell…), du bassiste Jimmy Johnson, de Walt Fowler à la trompette et de Kevins Hays au piano électrique Fender Rhodes. Le groupe développe un mélange de funk, de blues et de jazz tout en finesse, sans démonstration inutile et toujours avec un sens du groove et de la nuance qui force le respect. Gadd nous a donné une véritable leçon de batterie en tirant de sa Yamaha des groove bien assis vers l’arrière du temps, et Landau a fait de sa Stratocaster Custom Shop masterbuilt Jason Smith l’outil d’un lyrisme débordant de feeling. Comme quoi, le NAMM c’est avant tout la musique, et il ne faut jamais l’oublier.

gadd

 

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “NAMM 2017 : jour zéro, Fender, Gretsch, Jackson et Steve Gadd”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *