Archives

NAMM 2017 : troisième jour

Comme tous les ans, le salon d’hiver du NAMM se tient à Los Angeles, et cette année encore Woodbrass s’est déplacé pour vous ramener les nouveautés les plus excitantes et les exclus les plus fraîches. Cette édition a beau arriver dans un contexte politique et économique compliqué, l’enthousiasme paraît de mise et, lorsqu’on voit les jolis produits qui foisonnent cette année, il y a de quoi se faire de belles envies. Voici un premier aperçu des instruments et accessoires que vous retrouverez en magasin pendant toute l’année 2017.

Par Woodbrass Team

zvex2

Zvex
Le génial Zachary Vex, déguisé pour le NAMM en Hunter Thompson, le légendaire journaliste gonzo immortalisé par Johnny Deep dans Las Vegas Parano, avait beaucoup fait parler de lui l’année dernière avec sa très jolie réalisation, la très poétique Candela Vibrophase, une univibe activée par une chandelle avec un look steampunk que l’on jurerait sorti tout droit de l’esprit de Jules Vernes. La machine fonctionnait effectivement, mais le prix prohibitif réservait son magnifique effet à quelques riches excentriques. Pour les bourses plus modestes, Zvex présente donc la Vibrophase, qui sera proposée en version peinte à la main ou en version Vexter. La pédale est extrêmement simple, avec un réglage de vitesse et un réglage pour passer de phaser à vibrato, mais elle marque une étape importante dans l’histoire de la marque puisqu’il s’agit de la première à se présenter dans un format MXR classique et vertical. Cette nouveauté permettra d’intégrer les Zvex à un pedalboard beaucoup plus facilement, leur format horizontal actuel obligeant souvent à des parties de Tetris interminables. Un bonheur n’arrivant jamais seul, les deux best-sellers de la marque, la Fuzz Factory et la Box Of Rock, vont aussi être déclinées dans ce format.

zvex

Elektron
Les suédois de Elektron étaient jusque là des cadors du milieu des synthétiseurs, mais en réalisant que certains guitaristes se servaient de leur processeur de distorsion Analog Heat, ils ont décidé de développer une pédale d’overdrive / distorsion consacrée à notre instrument. Là où les choses deviennent passionnantes, c’est que la Analog Drive est un fait une pédale multi-circuits qui permet de choisir entre huit grains différents, d’un Clean Boost très léger à une distorsion bien épaisse. Mais pluôt que de se contenter de modélisations numériques ou de filtres légers, les ingénieurs maison se sont volontairement donné le défi colossal de consacrer un circuit inédpendant à chaque overdrive, d’où la taille conséquente de l’engin. Tout est analogique, jusqu’à l’EQ trois bandes à medium semi-paramétrique, et ça s’entend : chaque grain est parfaitement crédible, jusqu’à la Fuzz qui est toujours le plus difficile à réussir de façon musicale. Celle-ci réagit même avec un léger octave up lorsqu’on coupe la tonalité sur la guitare. Et comme Elektron a vraiment décidé de faire les choses très bien, la Analog Drive mémorise jusqu’à 100 presets et peut être contrôlée via MIDI et par les deux ports pour pédales d’expression. Vos autres pédales d’overdrive risquent de paraître bien pâles tout d’un coup.

elektron

Antelope
La marque Antelope a construit sa réputation avec une gamme d’horloges externes d’une précision redoutable, mettant un coup de pied conséquent dans une fourmilière qui avait tendance à rester coincée sur les anciennes références du genre. Une fois ce territoire acquis, Antelope s’est penché sur les interfaces audio et voici un rack qui promet de s’imposer très vite comme une référence incontournable du genre, la Orion 32 HD. On y retrouve bien sûr l’excellente qualité de conversion et l’irréprochable horloge embarquée de la marque, ainsi que les plugins FPGA (toute une gamme d’effets gratuits, belle initiative), mais ce qui distingue immédiatement la nouvelle Orion de la concurrence, c’est son énorme connectique et sa compatibilité quasi-universelle. On retrouve l’USB3, le MADI, le S/PDIF, le DB25 (pour 32 entrées et sorties analogiques), mais la 32 HD est même compatible Pro Tools HDX, ce qui en fait une perle rare et une très sérieuse alternative aux interfaces Avid. Quel que soit votre setup, cette nouvelle Antelope en deviendra le centre nevralgique sans aucun problème, et le tout avec un silence de fonctionnement redoutable puisqu’il n’y a même pas de ventilateur !

antelope

T Rex
Fort du succès de son excellent écho à bande au format pédale, le Replicator, T Rex a adapté son engin au format Eurorack pour en faire profiter les ingénieurs du son qui aimeraient profiter de la chaleur organique de l’effet pour enrichir une piste de voix par exemple. Ils ont aussi changé la méthode de fabrication de leurs cassettes à bandes de rechange pour une plus grande fiabilité. Mais la nouveauté la plus incroyable du stand des danois était un prototype qui nous a fait défaillir : un Binson Echorec plus vrai que nature ! L’Echorec est un génial delay italien qui est devenu légendaire en tant que delay de David Gilmour pour l’époque psychédélique de Pink Floyd, une absurdité technique puisqu’il n’y a pas de bande, le son est enregistré sur du câble entouré autour d’un fût qui tourne grâce à un moteur. Il y a donc bien plus simple, mais le son est unique, plus doux et rond qu’un echoplex, et les différentes têtes permettent des figures rythmiques complexes ultra intéressantes. Forts de l’expérience acquise en travaillant sur la Replicator, les ingénieurs de T Rex ont donc fait rentrer la Echorec dans un format pédale d’effet, de façon à l’intégrer sur un pedalboard où elle prendra certes un peu de place, mais la récompense sonore vaudra bien l’espace sacrifié. L’engin présenté n’était encore qu’un prototype, mais nous avons bien hâte d’avoir la version finale entre les mains. Petit détail amusant : la pédale s’appelle Binson Echorec et pas un nom hommage improbable puisque T Rex a acheté les droits de la marque. Décidément, ils font vraiment tout bien !

trex

Adam Audio
Adam Audio a désormais un nouveau haut de gamme, et la nouvelle série S a fait sensation sur le stand des allemands. L’objectif était une clarté sans pareille et une distorsion extrêmement basse, visiblement c’est plus que réussi. Pour y parvenir, l’équipe de recherche de la marque a développé de nouveaux amplis pour les graves et médiums, ainsi qu’un nouveau tweeter à ruban baptisé S-ART, qui vient remplacer le X-ART fabriqué à la main dont la réputation était déjà excellente. Un DSP ultra puissant se charge de la fréquence de crossover, des options de voicing et de la connectique numérique. Les enceintes elles-mêmes sont faîtes dans un matériel bien épais et résistant aux vibrations pour éviter la coloration et les résonances indésirables, et la solidité de fabrication devrait assurer pas mal d’années d’utilisation. La gamme est suffisamment complète pour correspondre à la plupart des scénarios, sachant qu’on est de toutes façons dans le domaine du haut de gamme et du matériel professionnel. On commence avec la S2V et son woofer de 7 pouces, qui se place comme moniteur de proximité avec 350 watts de puissance. La S3 existe en version verticale (S3V avec un woofer de 9 pouces et 850 watts) ou horizontale (S3H avec deux woofers de 7 pouces et 1350 watts au total), tout comme la S5 qui occupe le haut de la gamme et se présente sous forme de S5V (woofer de 12 pouces et 1100 watts) et S5H (deux wooders de 10 pouces et 1800 watts, rien que ça). Si avec ça vous ne trouvez pas votre bonheur, c’est sans doute que vous devriez vous reposer un peu les oreilles !

adam

Fishman
En tant que guitaristes acoustiques, nous sommes souvent confrontés au problème de l’amplification. En concert, il est extrêmement risqué de faire confiance à la sono qui sera sur place (quand il y en a une !), et l’ampli que nous utilisons à la maison aura généralement la fâcheuse tendance de démonter les tympans des deux premiers rangs alors que le fond de la salle ratera toutes les nuances. C’est pour palier à ce manque que plusieurs marques ont développé les enceintes-colonnes qui permettent de sonoriser toute une salle de façon uniforme avec une simple colonne peu encombrante et facile à démonter et transporter. Fishman a toujours été à la pointe en ce qui concerne l’amplification de l’acoustique, et il était donc impensable que la marque ne s’intéresse pas aux possibilités de cette nouvelle technologie. C’est désormais chose faîte avec le SA Performance Audio System, un ensemble qui regroupe l’enceinte en ligne à large diffusion SA330x, le subwoofer SA Sub et la table de mixage 4 entrées SA Expand. L’ensemble dégage 330 watts clairs, de quoi sonoriser la plupart des endroits, qu’il s’agisse d’un bar, d’un amphi ou d’une salle de conférence, et le subwoofer est surprenant de légèreté, surtout quand on entend les graves généreux qu’il dégage. La mixette propose un préampli de haute qualité et une EQ 3 bandes pour chaque entrée, ainsi qu’une reverb footswitchable. Non seulement tout le monde entendra enfin votre guitare, mais vous pouvez aussi en profiter pour amplifier votre voix par la même occasion !

fishman

Squier
Décidément, la marque qui était à l’origine un moyen de démocratiser les Fender prend confiance en elle et propose désormais des modèles très fun qui paraîtraient moins à leur place chez la marque grande sœur. Suite aux Fender Offset et à l’introduction de la Jazzmaster American Professionnal, Squier pousse donc la logique à l’extrême et nous présente cinq modèles très séduisants et au facteur cool absolument indéniable. La plus accessible du lot est la Mustang Bullet : la Squier Bullet est depuis longtemps un classique pour les débutants qui ne veulent pas mettre plus de 150 euros dans leur premier instrument mais qui tiennent quand même à avoir le vrai look d’une Strat, et la voici désormais disponible en forme Mustang avec deux humbuckers, un chevalet hardtail (pas de galère de vibrato donc) et le diapason court de la Mustang (parfait pour les petites mains). Il y a fort à parier que ce modèle devienne très vite un classique pour les nouveaux venus à l’instrument.
Les quatre autres sont des Jazzmaster, chacune avec sa personnalité. Toujours dans le domaine du pas cher, la Affinity Jazzmaster HH est une version ultra simplifiée avec chevalet hardtail, deux humbuckers et des contrôles classiques. Plus classique et raffiné, la Squier Deluxe Jazzmaster évoque le modèle signature J. Mascis avec sa plaque gold anodisée sur une finition Candy Apple Red de toute beauté. Pour le reste, c’est une Jazzmaster type vintage dans toute sa splendeur, vibrato et contrôles bizarres compris. La Squier Deluxe Jazzmaster ST reprend toutes ces caractéristiques en remplaçant le vibrato pour un chevalet type tune o matic. Enfin, la Squier Vintage Modifier Jazzmaster Baritone existait déjà le discutable coloris Antigua qui n’a pas dû être du goût de tout le monde, puisque ceux qui souhaitent profiter de son accordés très bas en gardant la classe de la Jazzmaster pourront désormais le faire avec une très belle guitare toute noire, jusqu’à la tête.

squier

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “NAMM 2017 : troisième jour”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *