Archives

Pioneer : 20 ans au service des DJs

Par Woodbrass Team

Il est de ces marques qui font pleinement partie de notre quotidien, même pour les non-musiciens… Vos amis motards connaissent Yamaha, et vos amis fans de tuning (mais si ils ont aussi le droit d’avoir des amis) ou de home cinema connaissent Pioneer. Dans notre milieu, Pioneer est le sujet d’une longue histoire d’amour avec les DJs les plus exigeants depuis 1994, date à laquelle la marque a lancé son contrôleur CDJ-500 comme un pavé dans la mare. Pour fêter dignement les 20 ans de la marque, nous vous proposons ce retour sur l’itinéraire peu commun d’une marque de légende.

pioneer

Comme tout empire digne de ce nom, l’histoire de Pioneer commence par l’idée et l’énergie d’un homme. Nozomu Matsumoto monte l’entreprise Fukuin Shokai Denki en 1936 à Osaka, au Japon. Le nom signifie « Compagnie électrique du son béni », une trace de l’éducation religieuse de Matsumoto qui perdure dans le slogan actuel de la marque : sound, vision, soul (le son, la vision, l’âme). En 1937, il lance le haut parleur A8, qu’il rebaptise le pionnier, Pioneer, puis il installe son usine de réparation des radios et hauts parleurs à Tokyo l’année suivante. Pioneer (l’entreprise, et plus le modèle de haut parleur) explose véritablement après la guerre. En 1961, la firme se rebaptise Pioneer Electronic Corporation et connaît une période d’innovation tout à fait cohérente avec le nom de la marque. En 1962 tout d’abord, Pioneer lance la première chaîne stéréo à éléments séparés. En 1975, c’est le premier autoradio d’une seule pièce. En 1979, la marque rejoint le marché du LaserDisc (cet ancêtre du DVD, des disques laser de la taille d’un 33 tour de bien meilleure qualité qu’une VHS).

SONY DSCL’enfance de l’art
La première grande période de l’histoire de Pioneer se termine en 1982 lorsque Nozomu Matsumoto quitte son poste de directeur. Il est remplacé par son fil Seiya, tandis que son autre fils Kanya travaille dans le département de la recherche. Ce changement de direction coincide avec le lancement de deux produits révolutionnaires en 1984 : un lecteur LaserDisc qui permet aussi de lire les Cds et un lecteur CD adapté aux voitures, un produit à l’époque réservé à une petite élite. Aucun de ces deux produits n’existait auparavant, et les deux créeront des émules chez les marques concurrentes. La page Nozomu se clôt définitivement avec sa disparition en 1988. Pioneer ne se repose pas sur ses lauriers et continue de mettre ses produits à jour avec l’apparition de nouveaux formats. Le lecteur LaserDisc / CD permet aussi de lire des DVDs à partir de 1996, et l’année suivante la marque est la première à proposer un enregistreur DVD de salon, une innovation qui rend l’enregistrement de qualité numérique aussi simple qu’avec une VHS. Ils referont le coup avec le premier enregistreur Blu-Ray en 2006.

La révolution de 1994
Pour les musiciens, les choses sérieuses commencent en 1994. Il avait déjà eu la table virtuelle CDJ-300 en 1992 mais la véritable révolution arrive le lecteur CDJ-500, premier produit de la nouvelle marque Pioneer Pro DJ. Comme son nom l’indique, l’unique but de cette nouvelle plateforme est d’offrir le savoir-faire unique et l’énorme puissance du recherche et développement de Pioneer au service des DJs. Les concurrents directs de Pioneer Pro DJ comme Neumark ou Stanton, qui étaient déjà bien installés, commencent à sentir le vent tourner. Fidèle à sa réputation, la marque sort des nouveautés à un rythme très soutenu, à commencer par la DJM-500 qui intègre des effets synchronisés au tempo du morceau.

Pioneer-Collage

T’avances toujours t’avances
En 2001, la CDJ-1000 met tout le monde d’accord avec une simplicité d’utilisation et d’accès aux fonctions les plus avancées dont la concurrence s’inspire allègrement. Pioneer aurait très bien pu se reposer sur le succès massif de la CDJ-1000 et en ressortir des versions légèrement modifiées pour relancer les ventes, mais c’était compter sans l’esprit d’innovation qui distingue la marque, et en 2004 la DVJ-X1 redéfinit encore une fois ce qu’on peut attendre d’un lecteur CD pour DJ : elle lit les DVD, et permet donc de mixer à la fois du son et de l’image ! Cinq ans plus tard, Pioneer Pro DJ devient tout simplement Pioneer DJ  et révolutionne le milieu une fois de plus avec le CDJ-900 et le CDJ-2000 qui peuvent lire des fichiers en USB ou sur carte SD. 2009 marque aussi l’arrivée de Pioneer dans le domaine du logiciel avec Rekordbox.

Pour être le pionnier
Le dernier grand coup de la marque date de 2012 avec le DJ-AERO, un système qui reçoit de la musique depuis un smartphone ou une tablette en wifi. En 2013, la table de mixage numérique DJM-750 a enfin offert toutes les fonctions qu’attendaient les DJ, et il y a fort à parier que la prochaine innovation made in Pioneer sera une fois de plus celle qui remettra les pendules à l’heure dans le Landerneau du DJing. 2014 est l’année de la célébration des 20 ans, avec des shows partout dans le monde entre cet été et cet hiver, notamment à Barcelone ou Ibiza. A l’origine, le fait d’appeler une marque Pioneer était extrêmement ambitieux, mais les 70 ans d’histoire de la marque ont prouvé qu’il était possible de ce montrer digne de la dénomination, en innovant sans relâche pour présenter sans arrêt des outils qui simplifient la vie des DJ.

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Pioneer : 20 ans au service des DJs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *