Archives

Punk’s Not Dead : le Studio Play It à la Cité de la Musique

par Julien Bitoun – Woodbrass Team

Vous avez sans doute remarqué l’incontournable expo de la Cité de la Musique sur le punk européen, et entre deux t shirts de Vivienne Westwood, le musée a eu l’excellente idée de laisser un studio de répétition (équipé d’instruments Eagletone) à la disposition des visiteurs qui se sentent inspirés par l’éthique D.I.Y. (« do it yourself », autrement dit « on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ») des punks de 77.

photo Sylvain Choinier - Mens 2013photo : Christophe Hell

Pour gérer cet espace de libre expression musicale, il y a le guitariste Sylvain Choinier (http://sylvainchoinier.blogspot.fr), que nous avons pu rencontrer afin qu’il nous explique le principe.

Quel est ton parcours ?
J’ai commencé petit par la guitare classique au conservatoire puis ado j’ai bossé la guitare électrique avec un prof qui avait fait le GIT de Los Angeles. Après j’ai fait une année de musicologie à la Sorbonne (Paris) mais suis vite rentré à l’American School of Modern Music d’où je suis sorti diplômé 5 ans après. J’ai enfin finis mes études par un diplôme de musiques actuelles à Argenteuil. Venant surtout du jazz je joue maintenant aussi dans des réseaux rock indé et dans les musiques trads.

Concrètement comment se passe l’aventure Play It ?
Les visiteurs de l’exposition rentrent dans le Studio « Play it », je demande qui veux jouer et de quel instrument. C’est donc le hasard complet qui forme les groupes constitués. De mon côté je joue peu, et ça se passe mieux quand je ne joue pas. Ainsi je peux vraiment me concentrer sur la direction du groupe pour faire un arrangement en direct via le « soundpainting » (littéralement « peindre avec les sons », c’est-à-dire composer en temps réel). Je donne à chacun une ou deux parties simples à jouer et on se lance. J’ai écrit plusieurs petites pièces simples qui peuvent être jouées quel que soit le niveau, même pour les débutants. Sinon lorsqu’il y en a qui savent jouer on joue aussi du répertoire punk (The Clash, Sex Pistols, The Ramones, etc).

vernissage euro punk cite de la musiqueQuel est le niveau des gens qui viennent jouer ?
Il y a de tout. Souvent, ce sont des gens qui débutent ou qui n’ont jamais touché d’instrument de leur vie, mais du coup ils sont ouverts à la suggestion et il peut arriver qu’on obtienne des résultats musicalement surprenants et super gratifiant pour quelqu’un qui ne sait pas jouer du tout. Après, il y a aussi des gens qui jouent bien, mais souvent ils ont envie de le montrer et ils se sentent plus limités voire frustrés quand on les associe à des débutants. Mais ce qu’il a de bien c’est qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre.

Penses-tu que le studio Play It soit représentatif de l’esprit punk ?
Oui et non. J’essaie avant tout de faire en sorte que des gens qui ne se connaissent pas et pour certains non musiciens puissent jouer ensemble. Après oui le punk est une musique « simple » mais pas simpliste ; quand on joue peu d’accords la difficulté se déplace ailleurs : le son, le geste et surtout l’énergie. Pour moi le punk privilégie l’énergie par rapport à la perfection technique. En jouant avec mes différents groupes, j’ai eu l’occasion de croiser des musiciens qui jouent le punk comme une musique traditionnelle, c’est-à-dire comme ce qui était joué en 1977 en reprenant les même codes.

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Punk’s Not Dead : le Studio Play It à la Cité de la Musique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *