Archives

Seles : le fils de Selmer

Par Woodbrass Team

L’apparition d’une nouvelle marque dans le monde des vents est en soi un événement. Lorsqu’en plus il s’agit d’une marque lancée sous l’égide du mastodonte historique Selmer, ça devient plus qu’intéressant. Ce mardi 27 mai est l’occasion de vous faire part de la naissance de Seles, un nom qui ne devrait pas tarder à devenir familier pour les amoureux du sax et de la clarinette.

groslogo-Seles

La vidéo d’annonce officielle est truffée de symboles qui en disent long sur la volonté de Seles de se placer dans la famille Selmer : la vidéo commence sur une vue du Sacré Cœur, qui surplombe l’atelier originel monté en 1885 par Henri Selmer. C’est d’ailleurs l’arrière petite-fille de ce dernier, Brigitte Selmer, qui annonce la bonne nouvelle. Même le choix de la musique de fond n’a rien d’anodin, puisqu’il s’agit du classique de Gershwin An American In Paris, « un américain à Paris ». L’histoire d’amour entre le parisien Selmer et le marché américain date de son magasin new yorkais ouvert en 1910. Par cette évocation, Seles revendique clairement l’héritage Selmer.

petitlogo-SelesC’est bien le fils de Selmer
Mais quel est le principe de Seles au fait ? Brigitte Selmer l’explique comme suit : « Tout en respectant nos valeurs, et en gardant une filliation avec nos instruments d’origine, Seles propose une nouvelle ligne d’instruments adaptés à différents budgets. ». En d’autres termes, Seles sera moins cher que Selmer mais sans pour autant compromettre la qualité de fabrication. Seles sera fabriqué en France, mais en faisant appel à d’autres industriels pour certaines étapes du processus (alors qu’à l’heure actuelle toutes les pièces des Selmer viennent de Selmer). Le coût de fabrication a aussi été réduit grâce à une plus grande rationalisation et standardisation des opérations. En d’autres termes, les machines seront plus présentes que la main de l’homme, mais lorsque l’on connaît l’incroyable puissance des machines à commande numérique (les CNC), il n’y a pas de souci à se faire. En termes de fiabilité et de constance de qualité, les machines ont même souvent le dessus… L’enjeu devient alors la qualité de la programmation derrière la bête exécution mécanique, et la qualité des matériaux d’origine, deux critères sur lesquels on peut faire confiance à Selmer. Ou Seles ! D’ailleurs, Selmer garantit deux ans les instruments Seles. Et le tube, qui est la pièce maîtresse de l’instrument, vient toujours de l’usine historique de Mantes-La-Ville.

Haut de gamme et très haut de gamme
On reste donc dans le Made In France, et à priori les produits seront les mêmes types d’instruments (ou d’accessoires) que ceux qui sont proposés à l’heure actuelle par Selmer (en d’autres termes, nous n’avons pas entendu parler d’une sono ou d’une batterie Seles en projet). Quelle sera alors la différence entre les deux marques ? Il y a fort à parier que Seles va conforter l’orientation très haut de gamme déjà chère à Selmer, puisque les premiers s’occuperont de se soucier de la rentabilité et du grand public tandis que les derniers assumeront le fait de faire les meilleurs outils humainement fabricables sans contrainte de coût final. Nous n’avons aucune autre précision quant aux produits qui vont sortir sous la marque Seles (enfin si nous en avons, mais nous n’avons pas le droit de les divulguer pour l’instant !), mais croyez-nous, de belles choses arrivent dans pas longtemps… Restez à l’écoute, ça devrait en intéresser pas mal parmi vous…

 

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Seles : le fils de Selmer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *