Archives

Simon Ghnassia (responsable pédagogique Woodbrass Music School) – Interview

Par Woodbrass Team

Vous connaissiez Woodbrass comme votre site de référence pour les achats d’instruments de musique, il faudra désormais aussi compter avec nous dans le domaine de l’enseignement ! La Woodbrass Music School ouvre ses portes en octobre et propose des cours avec une philosophie et des tarifs qui permettront à tous de se faire plaisir rapidement. Plus que jamais, la musique est à tout le monde ! Pour assurer la cohérence entre profs, Simon Ghnassia assure la tâche de responsable pédagogique, et il nous explique son approche dans cette interview.

simon1

Quel a été ton parcours musical ?
J’ai commencé la musique à l’âge 5 ans par le solfège et le violon classique, jusqu’au diplôme de fin d’étude de conservatoire que j’ai eu à 15 ans. Entre temps à 13 ans j’ai commencé la guitare classique au conservatoire, j’ai fait 4 ans jusqu’au troisième cycle départemental que j’ai eu avec mention bien. Entre temps je jouais aussi avec mon père qui est très mélomane et j’ai donc écouté beaucoup de blues, de rock et de jazz. A mes 18 ans j’ai fait un fabuleux voyage aux Etats Unis dans une fac pendant 3 mois. J’y ai découvert mes talents d’enseignant, lorsque j’ai expliqué le COD à une classe d’américains qui apprenaient le français. J’y ai aussi fait un concert incroyable en remplaçant un guitariste au pied levé dans un groupe de blues. En rentrant en France je me suis donc dit que je voulais faire de la musique. J’ai vraiment commencé à travailler mon instrument, d’abord à l’école Atla où j’ai pris des cours de chant, de guitare blues avec Mauro Serri, d’harmonie… J’ai ensuite fait 2 ans au CIM où j’ai travaillé le jazz avec Jimi Drouillard. Venant du blues et du classique, j’ai eu beaucoup de mal avec l’harmonie. J’ai continué en travaillant en cours particuliers, notamment avec Tam De Villiers qui m’a beaucoup apporté en jazz, j’ai fait des stages, des jams… J’ai fini par faire un an au CMDL, ce qui m’a permis de confirmer mes acquis.

Comment en es-tu venu à l’enseignement ?
Pendant tout ce temps, j’ai toujours donné des cours. Des cours de solfège, de violon, de guitare, et même de math ! à chaque fois le courant passait très bien, je n’ai jamais eu d’élève insatisfait. En sortant du CMDL, j’ai été embauché par l’école Yamaha, où j’ai suivi une formation pour m’occuper de cours collectifs. Je n’étais pas forcément d’accord sur le répertoire imposé, et c’est d’ailleurs pour ça que dans mes cours je choisissais d’autres morceaux tout en utilisant les outils pédagogiques qu’ils nous donnaient. C’est ce qui explique le succès qu’ont remporté mes cours là-bas. J’ai ensuite rencontré Christophe Chauvin, le fondateur de Woodbrass pour qui j’ai beaucoup d’admiration, et j’ai appris qu’il avait le projet de monter une école. Nous avons alors décidé de travailler ensemble.

Quel est l’approche pédagogique de la Woodbrass Music School ?
La Woodbrass Music School se veut très ludique. Les gens vont y apprendre la musique en s’amusant, jouer ensemble pour créer une émulation entre élèves. L’équipe de profs a été triée sur le volet et formée en profondeur pour les cours collectifs, et le répertoire choisi sera éclectique : il y aura du blues, de la pop, du rnb, du hip hop, du rock, du hard rock… L’école est accessible à tout le monde, et même les débutants vont s’amuser très vite.

Quelles seront les méthodes employées ?
Les cours sont collectifs, avec 5 élèves maximum (4 en batterie), et notre grosse force est le support multimédia. En rentrant à la maison, chaque élève peut se connecter sur son compte et avoir accès à la partition de ce qu’il vient d’apprendre ainsi qu’à des vidéos faîtes par le prof pour que l’élève ne perde pas pied. Ça permet à chacun de nos étudiants de se souvenir immédiatement de ce qu’il doit travailler.

Quels ont été les critères de sélection des professeurs ?
Il nous fallait des musiciens, des gens qui ont envie de transmettre la passion de la musique. Nous cherchions aussi des profs avec une formation solide et des connaissances assez larges pour pouvoir répondre à toutes les questions et tous les types d’élèves. Nos professeurs ont aussi le niveau pour enseigner à des musiciens confirmés qui veulent devenir professionnels.

simonstage

Quels sont tes instruments de prédilection ?
J’ai un papa amoureux de guitares, et j’ai donc eu la chance de jouer sur des très belles guitares, notamment une Gibson ES-775 qui est fabuleuse en jazz et rockabilly. J’ai aussi joué dans un groupe de punk et j’y jouais sur la basse de mon père, une Rickenbacker 4001 des années 70 : aller sur scène avec un instrument famillial c’est magique. Mes guitares perso sont une Stratocaster Standard, une Les Paul Studio et surtout une Telecaster faîte par le luthier Didier Duboscq. J’en ai d’ailleurs une deuxième en commande… Je branche tout ça sur un magnifique Fender Princeton de 1962, et j’ai aussi un Fender Blues Junior édition limitée tweed qui marche très bien. J’ai eu beaucoup de pédales mais je suis revenu à la combinaison guitare – bon câble – bon ampli avec un ou deux effets maximum. J’aime beaucoup les boosters Xotic pour rehausser les harmoniques.

Quels sont tes goûts musicaux ?
J’ai écouté beaucoup de choses. Je crois que le disque que j’ai le plus fait tourner est le Requiem de Mozart, surtout jusqu’à l’Offertoire qui est la dernière partie écrite par Mozart lui-même et pas son assistant. J’ai adoré jouer le premier violon sur la Pastorale de Beethoven, j’aime beaucoup la musique de chambre, notamment La Jeune Fille Et La Mort de Schubert. En tant que guitariste, j’ai écouté beaucoup de blues. J’ai commencé par Robert Johnson, mon père m’avait dit que c’était la base et il a eu raison ! Cela m’a ensuite amené à écouter Eric Clapton qui s’est beaucoup inspiré de Johnson, puis j’ai évolué dans mes goûts au fur et à mesure des changements de mon jeu de guitare. J’adore les trois kings, et j’ai vu B.B. King trois fois sur scène c’était magique. J’ai beaucoup aimé Stevie Ray Vaughan pour son côté rythmique quand je jouais sur Strat. J’ai beaucoup écouté du jazz, notamment John Scofield et Pat Metheny. Depuis deux ans, j’ai découvert la country et le chicken picking : je voulais savoir ce qu’on pouvait jouer sur une Telecaster et j’ai adoré ! j’écoute aussi bien de l’instrumental guitaristique, comme Johnny Hiland qui est un tueur, que de country pop comme Brad Paisley qui a fait l’album Play sur lequel il y a plein de guitare ! Dès que j’apprends un plan, je le travaille dans plusieurs tonalités pour mieux l’inclure à mon jeu. Mon grand maître c’est Hendrix, je l’ai fait tatouer sur mon bras et Little Wing est le morceau que j’ai le plus travaillé de ma vie, je voulais comprendre ce qu’il faisait.

 

Les préinscriptions à la Woodbrass Music School sont ouvertes dès maintenant, cliquez ici pour en savoir plus !

school

Vous aimerez aussi...

0 commentaires sur “Simon Ghnassia (responsable pédagogique Woodbrass Music School) – Interview”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *